AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 9 ... 17  Suivant
AuteurMessage
Thierry le Disneyen

avatar

Masculin
Age : 44
Messages : 10858
Localisation : secteur Carcassonne
Inscription : 04/07/2007

MessageSujet: 20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10) Ven 6 Juil 2007 - 16:58

Ahhh Disneyland resort paris quelle merveille .Mais au delà de l'apparence se cache une mine d'or d'informations et de clins d'oeil que la plupart des guests ignorent ou n'y pensent pas.Brefs Je me suis dit qu'il serait peut être sympa de plonger 20000 lieues sous DLRP en postant régulièrement sur ce lien des messages donnant de plus amples détails sur ces clins d'oeil .et vous propose également ,si vous le souhaitez, d'y participer.
aujourd'huis je vous parlerais de Marceline qui servit d'inspiration pour Main street:



Marceline est une petite ville situé au centre nord du Missouri.
Marceline et situé à 6 miles au sud de l'US highway36 sur le missouri highway 5.
Cette ville a longtemp été le territoire du chemin de fer ,de la mine, et des industries de publications (presse ,livres etc).

le plus célèbre citoyen de cette ville n'est autre que walt Disney.
Walt Disney et sa famille sont arrivé à Marceline en 1906.
Il sont arrivé sur un terrain situé au nord de Marceline par le train en provenance de Chicago.
Quand Walt avait 5 ans ses parents ont vendu leur ferme et sont finalement parti pour Kansas city en 1910.
En 1938 Walt écrivit une lettre pour Marceline...."tous les contacts avec Marceline ont été sensationnels pour moi....et de dire en vérité que toutes les choses importantes que j'ai acquis à Marceline ne se sont plus reproduits et ne se reproduiront plus dans le futur.

Brefs Marceline est et demeurera la ville symbolique aux yeux de Walt.
Pour en savoir plus sur Marceline :
http://www.marceline.k12.mo.us/town.html
http://www.michaelbarrier.com/Essays/Missouri/Missouri2.htm
http://en.wikipedia.org/wiki/Marceline,_Missouri




Dernière édition par Thierry le Disneyen le Dim 8 Jan 2017 - 11:01, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Thierry le Disneyen

avatar

Masculin
Age : 44
Messages : 10858
Localisation : secteur Carcassonne
Inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: 20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10) Ven 6 Juil 2007 - 16:59

-La statue de la liberté(Liberty arcade-Main street):




Présentation
La statue de la Liberté est un monument situé à New York sur la petite île de Liberty Island, au sud-ouest de Manhattan. Elle fut offerte par la France (et plus précisément par les Français grâce à une souscrïption privée) pour le centenaire de l'indépendance des États-Unis et inaugurée par le président Grover Cleveland le 28 octobre 1886.

Elle fut exécutée à Paris, dans les ateliers Gaget-Gauthier, en 1878, par le sculpteur Frédéric-Auguste Bartholdi et l'ingénieur Gustave Eiffel (qui succéda à Viollet-le Duc, décédé) pour la charpente métallique. Celle-ci est, en effet, creuse, recouverte de plaques de cuivre rivetées. Son socle est en pierre de Kersanton.

La pierre composant le socle de la Statue de la Liberté provient d'un petit village de France, en Isère (38), nommé Rovon. Cette pierre avait été choisie pour ses qualités de faible érosion à l'eau salée.

Le premier modèle, à petite échelle, fut réalisé en 1870.

La main et le flambeau, en dimensions réelles, furent exposés à l'Exposition Universelle de Philadelphie, en 1876, puis exposés au Madison Square, de New York. La tête fut exposée à l'Exposition Universelle de Paris, en 1878.

Elle fut remise aux États-Unis officiellement le 4 juillet 1884 à Paris, démontée, transportée par la frégate «Isère», puis remontée à son emplacement définitif.

D'une hauteur de 46,50 m (92,99 m en comptant le socle), elle représente une femme drapée brandissant une torche de la main droite. Dans sa main gauche, elle tient une tablette sur laquelle on peut lire la date de l'indépendance américaine : le 4 juillet 1776. Les 7 branches de sa couronne représentent les 7 continents. Les 25 fenêtres symbolisent les 25 pierres gemmes.

À ses pieds, se trouvent des chaînes brisées qui symbolisent la paix.

On peut monter, par l'intérieur, jusqu'à la couronne par un escalier de 354 marches (visite interdite depuis le 11 septembre 2001).

Située à l'entrée du port de New York, elle était le premier symbole Américain pour les émigrants transitant par Ellis Island en arrivant par bateau. Symbolisant la liberté éclairant le monde, elle est rapidement devenue un emblème national des États-Unis et un des symboles les plus universels de la liberté et de la démocratie.

Sur sa base, gravé sur une plaque de bronze, est inscrit ce poème d'Emma Lazarus intitulé « the new colossus » :

Give me your tired, your poor,
Your huddled masses yearning to breathe free,
The wretched refuse of your teeming shore.
Send these, the homeless, tempest-tost, to me,
I lift my lamp beside the golden door !"

Donne-moi tes pauvres, tes exténués
Qui en rangs pressés aspirent à vivre libres,
Le rebut de tes rivages surpeuplés,
Envoie-les moi, les déshérités, que la tempête me les rapporte
De ma lumière, j'éclaire la porte d'or !"



La statue de la Liberté fut déclarée monument historique le 15 octobre 1924.

Chiffres:
3½ :nombre de mois pour monter toute l'architecture sur place
5,5 :taille de la main en mètres
8 :épaisseur à la taille en mètres
40 :nombre de personnes qui peuvent tenir dans la tête
200 oids en tonnes (80 de cuivre + 120 d'acier)
2,37 :l'épaisseur en millimètres des plaques de cuivre
210 :nombre de caisses utilisées pour transporter la statue, démontée, de la France vers les États-Unis
343 000 :coût en euros à la construction (2 250 000 francs)
12/07/1886 :date du premier rivet posé .

pour en savoir plus:
http://www.cnewyork.net/statueliberty.htm
http://www.acitytour.com/newyorkcity/galerie-17.html
http://www.insecula.com/salle/MS01022.html
http://perrin.olivier.free.fr/galerie%20graphique%20nyc%202005/statue%20de%20la%20liberte/index.html
http://newyorkbirds.free.fr/manhattan/lower%20manhattan/statue%20de%20la%20liberte%20et%20liberty%20island/index.php
http://www.nps.gov/stli/


Revenir en haut Aller en bas
Thierry le Disneyen

avatar

Masculin
Age : 44
Messages : 10858
Localisation : secteur Carcassonne
Inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: 20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10) Ven 6 Juil 2007 - 17:00

-Mighty Casey ("Casey's Corner"Main street):




Petite présentation de ce personnage qu'est Casey.
En fait ,en ce qui concerne ce restaurant de DLRP,il faut séparer ce personnage en 2 parties le nom et l'image.

-Le nom:En fait Mighty Casey est le nom donné à un joueur de baseball dans le célèbre poème de l'écrivain Ernest L Thayer intitulé "Casey at the bat"(Casey a la batte):

Casey At The Bat
by Ernest L. Thayer
The outlook wasn't brilliant for the Mudville nine that day,
The score stood four to two, with but one inning more to play.

And then when Cooney died at first, and Barrows did the same,
A pall-like silence fell upon the patrons of the game.

A straggling few got up to go in deep despair.
The rest clung to that hope which springs eternal in the human breast.
They thought, "if only Casey could but get a whack at that.
We'd put up even money now, with Casey at the bat."

But Flynn preceded Casey, as did also Jimmy Blake;
and the former was a hoodoo, while the latter was a cake.

So upon that stricken multitude, grim melancholy sat;
for there seemed but little chance of Casey getting to the bat.

But Flynn let drive a single, to the wonderment of all.
And Blake, the much despised, tore the cover off the ball.

And when the dust had lifted,
and men saw what had occurred,
there was Jimmy safe at second and Flynn a-hugging third.

Then from five thousand throats and more there rose a lusty yell;
it rumbled through the valley, it rattled in the dell;

it pounded through on the mountain and recoiled upon the flat;
for Casey, mighty Casey, was advancing to the bat.

There was ease in Casey's manner as he stepped into his place,
there was pride in Casey's bearing and a smile lit Casey's face.

And when, responding to the cheers, he lightly doffed his hat,
no stranger in the crowd could doubt t'was Casey at the bat.

Ten thousand eyes were on him as he rubbed his hands with dirt.
Five thousand tongues applauded when he wiped them on his shirt.

Then, while the writhing pitcher ground the ball into his hip,
defiance flashed in Casey's eye, a sneer curled Casey's lip.

And now the leather-covered sphere came hurtling through the air,
and Casey stood a-watching it in haughty grandeur there.

Close by the sturdy batsman the ball unheeded sped --
"That ain't my style," said Casey.

"Strike one!" the umpire said.
From the benches, black with people, there went up a muffled roar,
like the beating of the storm waves on a stern and distant shore.

"Kill him! Kill the umpire!" shouted someone on the stand,
and it's likely they'd have killed him had not Casey raised his hand.

With a smile of Christian charity, great Casey's visage shone,
he stilled the rising tumult, he bade the game go on.

He signaled to the pitcher, and once more the dun sphere flew,
but Casey still ignored it, and the umpire said, "Strike two!"

"Fraud!" cried the maddened thousands, and echo answered "Fraud!"
But one scornful look from Casey and the audience was awed.

They saw his face grow stern and cold, they saw his muscles strain,
and they knew that Casey wouldn't let that ball go by again.

The sneer has fled from Casey's lip, the teeth are clenched in hate.
He pounds, with cruel violence, his bat upon the plate.

And now the pitcher holds the ball, and now he lets it go,
and now the air is shattered by the force of Casey's blow.

Oh, somewhere in this favored land the sun is shining bright.
The band is playing somewhere, and somewhere hearts are light.
And, somewhere men are laughing, and little children shout,

but there is no joy in Mudville --
mighty Casey has struck out.

Casey à la batte:
Les perspectives n'étaient pas brillantes pour les 9 de Mudville ce jour là , les scores étaient de quatre à deux,mais avec encore un tour de batte à jouer.

Quand on sait que Cooney meurt au début et que Barrows le suit on comprend le silence tombal des patrons du jeu .

Un peu de désordre s'étant levé pour entrer dans un profond désespoir .

Le calme s'est alors accroché à cet espoir qui jaillit depuis la nuit des temps dans le coeur de l'homme.

Ils ont pensé, "si seulement Casey pouvait obtenir un whack à cet instant.
Nous remontrions le score vers le haut pour égaliser, avec Casey à la batte."

Mais Flynn a précédé Casey, tout comme jimmy Blake;
mais Casey était un pro, alors que son pédécesseur était un flan.

Ainsi sur cette multitude en détresse, la mélancolie sinistre s'est reposée;
Peu de Chance pour Casey d'obtenir la batte.

Mais Flynn a laissé passer un simple, à l'emerveillement de tous .
Et Blake, beaucoup dédaigné, a déchiré la la pelouse avec sa balle.

Et quand la poussière s'était soulevée,
et les hommes ont vu ce qui s'étaient produits,
Jimmy envoya un second prudent et Flynn un Toisième serré.

C'est alors que 5000 supporters se levèrent et hurlèrent vigoureusement;
on entendait les cris au delà de la vallée, déconcertant le vallon;

le bruit martelait à travers la montagne et jusqu'au niveau du drapeau;
pour Casey, le puissant Casey, c'était le moment d'aller sur le terrain.

Tout les avantages étaient pourCasey car il jouait sur son terrain,
il y avait de fierté dans la démarche de Casey et un immense sourire se voyait sur son visage.

Et quand, répondant aux acclamations, il hôte légèrement son chapeau,
aucun étranger dans la foule ne pouvait s'immaginer se que ferait Casey à la batte.

Dix mille yeux étaient sur lui pendant qu'il frottait ses mains avec la poussière.
Cinq mille spectateurs ont applaudi quand il les a essuyées sur sa chemise.

Puis, alors que le lanceur se préparait ,
la soif de vaincre se vit dans l'oeil de Casey,se traduisant par un léger ricanement au niveau de la lèvre.

La balle est lancé et Casey montra un air Hautain en observant celle çi il la laisse passer.

recueillie par le receveur Casey répondit"elle n'a pas de style et ne m'interresse pas," .

"et une!" dit l'arbitre .
dans les gradins noirs de monde, un hurlement insonorisé se fit entendre,
comme le battement de l'orage qui ondule sur la poupe d'un navire ou un rivage éloigné.

"A mort!A mortl'arbitre!" criait quelqu'un sur le stand,
et il est probable ils l'aurait tué si Casey n'avait pas levé sa main.

Avec un sourire de charité chrétienne, le visage du grand Casey a brillé,
il a calmé le tumult se levant, il a proposé que le jeu continue.

Il a fait signe au lanceur, et une fois de plus la balle,sphère brune grisâtre ,a volé,
mais Casey l'ignorait toujours , et l'arbitre dit, "et de deux!"

"l'arbitre est corrompu!" ont hurlé des milliers de fans, et l'écho a répondu à "L'arbitre est corrompu"
Mais le regard méprisant de Casey vers l'assistance les a intimidé.

Ils ont vu son visage se figer de froideur, ils ont vu sa ses muscles se durcir,
et ils ont su que Casey ne laisserait pas passer cette dernière balle.
Un léger ricanement s'est échappé de la lèvre de Casey, les dents sont serrés dans un style de haine.
Il martèle, avec la violence cruelle, sa batte sur le sol.

Et maintenant le lanceur tient la balle, puis l'expédie à une telle vitesse qu'il l'a fit disparaître,
puis on entendit l'air se briser par la force du coup de Casey.

Et, quelque part sur cette planète ,là où le soleil brille de milles feux.
Une équipe comme celle çi joue, et quelque part les coeurs sont pleins de lumières.
Et, quelque part les hommes rient, et les petits enfants crient,

Ceci dit il n'y a eu aucune joie finalement à Mudville --
Car le puissant Casey qui frappa de toutes ces forces laissa échapper la balle ,et sa dernière chance,puis finit "Out".


-Le personnage:
Les imagineers de Chez Disney on peut être pris le nom de Casey mais le personnage représenté est celui de "Shoeless"Joe Jackson.
Shoeless était un terrible joueur ,un peu le zidane ou le beckam ,du baseball à son époque .même les pieds meurtris ne l'empéchait pas de jouer il enlevais simplement ses souliers ce qui lui a valu son surnom.
Malheureusement un scandal financier concernant son équipe on finis par mettre un terme à sa carrière.
pour en savoir plus sur ce joueur:
http://www.blackbetsy.com/

-Le restaurant:
source scroogy ( DMI) :

Localisé sur le coté gauche de Main Street directement sur le hub de Disneyland Paris, le Casey's Corner propose aux visiteurs un large choix de plats à emporter dans une ambiance thémée sport. Pour la WDI, le base-ball est le passe temps préféré à la fin du 19ème siècle, et cela semblait parfait pour un restaurant servant des hot dog, des sodas et des frites. Après tout, ce type de nourriture est vendue traditionnellement lors des match de base-ball aux states. Les concept graphiques, les costumes et l'imagerie du base-ball était si beaux, qu'Eddie Sotto et son équipe étaient persuadés que tout le monde l'apprécierait.
D'après M. Sotto, l'imagerie du Casey est dérivé du court métrage Disney « Casey at the Bat » diffusé par RKO le 15 aout 1946 et dirigé par Jack Kinney. C'est la version Disney du poème éponyme par Ernest L. Thayer. Ce poème original fut publié dans le San Francisco Examiner le 3 juin 1888. Il nous raconte l'histoire du populaire Casey des Mudville nine, qui avança pour utiliser sa batte et faire le strike au moment crucial du jeu. Le texte est truffé de références au base-ball tel qu'il se jouait en 1888.

L'extérieur du Casey's Corner possède une énorme lettre C identique au graphisme du logo du club de base-ball des Cincinnati Reds. Une figure en taille réelle de Casey se trouve à la porte, réminiscence des Indiens devant les magasins de cigares, nécessaires à l'époque où la plupart des gens étaient illettrés pour faire reconnaître le magasin. Pour la petite histoire, les indiens étaient choisis devant les magasins de cigare car ce sont eux qui ont fait connaître ce produit aux européens. Avec son expérience au parc à thème Knotts Berry Farm, M. Sotto a pensé que cette figure statique de Casey serait l'opportunité pour les visiteurs de poser pour une photo inoubliable.

Si vous vous asseyez à l'extérieur du Casey, vous remarquerez que certaines fenêtres du premier sont dédicacées aux deux hommes qui ont écrit la chanson « take me to the ball game ». Cette chanson du début du 20ème siècle a été écrite par Jack Norworth. Les mots ont été chantés sur la musique d'Albert Von Tilzer. La chanson est traditionnellement chantée durant une partie particulière du match de base-ball. Les fans sont exhortés pour chanter en mesure.

En entrant dans le restaurant, vous remarquerez la publicité du Casey dessinée par Jim Michelson. Cet artiste de la WDI a été responsable de nombreuses autres affiches de Main street à Disneyland Paris (Le Gibson Firls ice cream parlour par exemple). Le poster est reproduit d'après une illustration du Spalding Base-ball Guides.

Le Spalding Base-ball guide est un guide annuel du base-ball créé par AG Spalding, et publié par American Sport Publishing Company. Il propose des éditoriaux de rédacteurs sur le base-ball, sur l'état du jeu, les statistiques, les photographie et des analyses des saisons précédentes pour toutes les équipes de la Major League et pour de nombreuses minor leagues des states. Certaines des éditions peuvent être lues online.

La salle à manger du Casey est abondamment décorée d'objets d'époques sur le base-ball et d'objets de la société coca cola.

De nombreux objets coca cola se trouvent au Casey qui ont été reproduits exclusivement pour Eurodisney d'après des images historiques trouvées dans les archives de la compagnie Coca Cola d'Atlanta. Un de ces objets est le l'applique lumineuse coca cola dans la plus pure tradition de Louis Tiffany, qui furent envoyées aux drugstores américains en vue de la promotion du produit.

Les murs dans la salle du fond, toute peinte en rouge, sont couverts d'un murs profondément embossé appelé « Lincrusta ». Une invention britannique, qui fut reprise par l'entreprise Frederick Walton qui fut le pionnier du linoleum de sol dès 1860. Le lincrusta fut lancé en 1877 avec un succès immédiat et une utilisation dans les maisons royales mais aussi dans les wagons de train. A cause de la popularité dans la fin du 19ème siècle, Eddie Sotto a utilisé cette surface de nombreuses façons dans Mainstreet.

Dans la même pièce, un Xylophone de bouteilles de coca cola peut-être admiré. M. Sotto a une fois raconté qu'il révait d'avoir un compteur comme pour compter les points au base-ball qui aurait montré aux visiteurs combien de bouteilles coca cola auraient été vendues dans la journée car ces lieux vendent plus de coca cola que n'importe où dans le monde. A cause de problèmes techniques, cette idée a du être abandonnée.

A noter que Walt Disney World a adopté un thème Casey dans le milieu des années 90.





Dernière édition par Thierry le Disneyen le Sam 25 Aoû 2012 - 11:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Thierry le Disneyen

avatar

Masculin
Age : 44
Messages : 10858
Localisation : secteur Carcassonne
Inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: 20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10) Ven 6 Juil 2007 - 17:01

Aujourd'huis je parlerais du Disneyland railroad(en 4 volets vu qu'il y a 4 trains).
je commencerais donc par le plus prestigieux des 4 le train présidentiel "George Washington":



Ce train a été réalisé pour rendre hommage à l'un des plus grand politiciens américains à qui l'on doit la rédaction de la constitution des états unis d'amérique.

Biographie:
Naissance : 1732 - Décès : 1799


Président : Etats-Unis de 1789 à 1797


La Constitution américaine du 17 septembre 1787, créée sur le principe de la séparation des pouvoirs, instituera la fonction de président. George Washington, héros de la Révolution Américaine et de la Convention Constitutionnelle, sera élu en 1789, premier Président des Etats-Unis.
pour en savoir plus sur lui:
http://fr.wikipedia.org/wiki/George_Washington

Pour en revenir au train il ne faut pas non plus oublier les 5 Wagons qui le précédent et dont chaques noms évoquent les étapes de la carrière de Georges Washington:

-Le mont Vermont:
Lorsqu’il est démobilisé en 1757, George Washington épouse Martha Dandridge Custis, la riche veuve de Daniel Parke Custis.Les nouveaux mariés s’installent à Mount Vernon où ils sont propriétaires terriens. Il adopte les deux enfants de son épouse et en aura d’autre avec Sally Hemings, une esclave avec laquelle il entretiendra une relation amoureuse.

en mars 1797 il se retire définitivement à Mont Vernon où il décède en 1799. Il est pleuré dans tous les Etats-Unis et son nom ne tarde pas à entrer dans la légende. Le mythe Washington est né et servira de modèle aux futurs présidents.
pour en savoir plus:
http://www.mountvernon.org/

-Boston:
Pendant l’année 1776, George Washington conquiert Boston, tenue par les troupes du général britannique William Howe, forcé de se retirer jusqu’à Halifax, Canada.

George Washington organise soigneusement ses troupes, ne voulant rien laisser au hasard, puis brusquement il tombe sur Boston, et oblige les Anglais à l'évacuer (10 mars 1776). Dans l'ivresse de ce premier triomphe, les Américains proclament l'indépendance des États-Unis (4 juillet).
« Maintenant, dit Washington à ses soldats, la paix et le salut du pays ne dépendent plus que de vos armes. Servez bien un État qui peut récompenser votre mérite et vous faire participer aux honneurs d'une patrie libre et heureuse. »

pour en savoir plus:
http://www.boston.com/news/globe/editorial_opinion/oped/articles/2005/08/23/george_washington_slept_here/

-Philadelphia:
Cependant les Anglais avaient pris une revanche éclatante à Brandyvine-Creek (11 septembre 1777), et Howe était entré à Philadelphie (26 septembre); George Washington, après avoir battu en retraite, vint l'y bloquer.

George Washington présida la Convention de Philadelphie en juillet 1787, au cours de laquelle fut élaborée la Constitution fédérale.
pour en savoir plus :
http://www.linternaute.com/histoire/motcle/1767/a/1/1/philadelphie.shtml

-Yorktown:

En 1781 les forces terrestres américaines, estimées à 11 000 hommes, et les forces françaises aidées de leur marine, 37 navires et 29 000 hommes, bloquent le général Cornwallis et ses 9 000 hommes à Yorktown (Virginie). Washington les rejoint précipitamment et maintient le siège jusqu’à la reddition, qui se révèle être la dernière tentative britannique pour enrayer la révolution. En 1783, le 3 septembre, les Britanniques reconnaissent l’indépendance des États-Unis par le Traité de Versailles.
pour en savoir plus:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Yorktown

-Valley Forge:
Le général britannique Howe conduira ensuite une offensive sur la capitale coloniale, Philadelphie, et mettra en déroute les troupes de Washington aux batailles de Brandywine et Germantown, Pennsylvanie les 11 et 27 septembre 1777. Washington doit se retirer avec son armée de 11 000 hommes à Valley Forge (Pennsylvanie), pour y passer l’hiver.

Lien vers la déclaration d'indépendance:
http://usinfo.state.gov/usa/infousa/facts/funddocs/decfr.htm

Lien vers la constitution des etats unis :
http://usinfo.state.gov/usa/aboutusa/constfr.htm


Revenir en haut Aller en bas
Thierry le Disneyen

avatar

Masculin
Age : 44
Messages : 10858
Localisation : secteur Carcassonne
Inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: 20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10) Ven 6 Juil 2007 - 17:02

aller je passe au second train le "C.K.Holliday":


Ce train fut réalisé en hommage au fondateur de la ligne de chemin de fer de Santa Fé Mr Cyrus Kurtz Holliday.

Cyrus Kurtz Holliday, un pionnier du Kansas distingué, fondateur de Topeka, important homme d'affaires (chemins de fer et banques), et un citoyen renommé, nacquit le 3 avril 1826 de David et Mary (Kennedy) Holliday, près de Carlisle, Pennsylvanie. Il fît ces études à l'université d'Allegheny à Meadville, recevant un diplôme en 1852,puis y siègea.Par la suite il entama ,rapidement, la gestion de nombreuses entreprises . Lui et Mary Dillon Jones étaient mariés en 1854, et après avoir gagné pas mal d'argent sur une petite entreprise de ligne de chemin de fer dans son pays , Holliday rejoignit la troupe des migrants vers l'ouest figurant parmi les premiers colons du territoire du Kansas . Mary Holliday a alors rejoint ,de façon permanente , son mari au Kansas après la naissance de leurs enfants, Lillie et Charles King.

Holliday Fît ces premières affaires à Lawrent en octobre 1854. Mais pas longtemps après son arrivée, il fut convaincu que le territoire entrerait finalement dans l'union comme état libre et qu'il devrait établir une autre enclave de citoyens libres d'état plus loin vers le haut du fleuve du Kansas. En conséquence, Holliday a organisé une réunion afin d établir l'association de la ville de Topeka en décembre 1854, et établir une carte des rues et frontières de celle çi. il écrivit à Mary Holliday "je suis maintenant à trente milles de Lawrent sur le fleuve du Kansas assistant au développement de cette nouvelle ville," . "nous sommes au coeur de ce territoire planifié et nous avons probablement le meilleur emplacement en tant que ville dans le pays entier. Le Gouverneur Reeder est venu il y a 2 jours et s'est dit trés confiant concernant le developpement de notre entreprise. Nous espérons que tout ira bien."
Holliday devint le premier et unique président de cette association , et il jouerait bientôt un rôle principal dans la fondation de ce premier état libre. Pendant la convention constitutionnelle de Wyandotte en juillet 1859, Holliday a servi de délégué pour la ville de Topeka et a réussi à imposer officiellement sa ville comme futur capitale d'état. Cette année là il fut également élu premier (et pour longtemps) maire de Topeka. Holliday a également cherché instaurer la république du Kansas et servit dans les législatures territoriales et d'état.

Pendant la législature territoriale de 1859 , Holliday a commencé a planifier la construction d'un chemin de fer qui partirait d' Atchison,Kansas, traversant la piste de Santa Fé (sa plus belle affaire ), L'Atchinson Santa Fé et Topeka railroad . Pour accomplir ceci il créa sa société de chemin de fer. Ceci, avec une concession territoriale acquise au gouvernement fédéral permettant l'achat de terrains à un dollar par acre, cet accord permis de commencer la construction de ce nouveau chemin de fer . Depuis 1863, il a réussi à acquerir d'autres concessions territoriales, et les territoires furent acquis pour cette entreprise en 1868. Holliday fut directeur d'ATSF jusqu'à sa mort en 1900.

Holliday a reçu le prix honorifique, bien qu'officieux, de colonel -- qu'il a porté pour le reste de sa vie -- tout en dirigeant un régiment d'état libre pendant la guerre de Wakarusa en 1855. Pendant la guerre civile, Holliday a servi comme Adjudant général du Kansas, lui offrant la capacité de recruter des soldats et d' assurer les approvisionnements pour le front.

Les 5 Wagons portent le nom de villes de plaisance

-Coney Island:
Coney Island est une ancienne île devenue péninsule et située à l'extrême sud de Brooklyn (ville de New York). Elle possède une célèbre plage donnant sur l'océan Atlantique. La région baptisée Coney Island représente une communauté de 60 000 personnes habitant la partie ouest de la péninsule, et comprend Sea Gate à l'ouest, Brighton Beach et Manhattan Beach à l'est. Au nord, se trouve Gravesend. Le site était anciennement un complexe touristique majeur et abritait plusieurs parcs d'attractions. Atteignant le sommet de sa popularité au début du XXe siècle, et amorçant son déclin après la Seconde Guerre mondiale, le site a été revitalisé par les immigrants russes et l'ouverture de KeySpan Park, terrain où jouent les fameux Cyclones de Brooklyn qui évoluent dans la Minor League de baseball.

Un parc d'attarction existe toujours sur l'île et fait surtout office de musée des manèges en plus de celui du cirque et des parcs de loisirs.

http://images.google.fr/images?hl=fr&q=coney%20island&btnG=Rechercher&lr=lang_fr&sa=N&tab=wi

-Atlantic City:
Atlantic City, dans l'état du New Jersey aux États-Unis, est une ville réputée pour ses casinos et son port de plaisance. Elle compte 40 517 habitants (recensement 2000) et se situe à 80 km environ de Philadelphie (Pennsylvanie), sur le littoral Atlantique. Elle a été construite sur un site de lagunes.

http://images.google.fr/images?hl=fr&q=Atlantic%20City&btnG=Rechercher&lr=lang_fr&sa=N&tab=wi

-Chesapeake:
La baie de Chesapeake se trouve sur la côte orientale des États-Unis.
Elle fut le théâtre d'une bataille qui porte son nom, le 5 septembre 1781, bataille décisive dont l'importance est méconnue.

http://www.chesapeake.va.us/

-Long Island:
Long Island, dans l'État de New York, est une île de la côte est de l'Amérique du Nord, mesurant 190 km de long, et d'une trentaine de kilomètres de large. L'ile est politiquement divisée en quatre comtés. Les deux comtés situés à la pointe ouest de l'ile, Kings (Brooklyn) et Queens, sont deux boroughs de New York city, tandis que les comtés de Nassau et de Suffolk, situés plus à l'est, sont devenues des banlieues de la même métropole.
L'île a donné son nom à un cocktail, le Long Island Iced Tea.

http://www.longisland.com/

-Niagara Falls:
Niagara Falls et situé dans l'état de New York et cette ville est particulièrement connue pour ces célèbres chûtes d'eau

http://images.google.fr/images?q=Niagara+Falls&hl=fr&lr=&sa=N&tab=ii&oi=imagest


Revenir en haut Aller en bas
Thierry le Disneyen

avatar

Masculin
Age : 44
Messages : 10858
Localisation : secteur Carcassonne
Inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: 20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10) Ven 6 Juil 2007 - 17:04

je continue aujourd'hui mon sujet sur les trains du railroad en commençant par le fameux "W.F.Cody":


Il est né le 26 février 1846 dans la cité du Caire en Iowa.

Il avait 11 ans quand son père mourut.
Devenu chef de famille, il dut travailler comme convoyeur pour Russel, Majors, Waddel & Cie, chasser le castor. La fièvre de l'or l'attira à Denver en 1859, mais il rentra l'année suivante. Il travailla comme messager à cheval pour le Pony Express.

À dix-huit ans, il entra au 7e Régiment des Volontaires du Kansas et servit surtout d'espion contre les généraux confédérés Bedford Forest et Sterling Prince pendant la Guerre de Sécession.

La guerre finie, en 1866, il devint éclaireur. Puis il fut engagé comme fournisseur de viande de bison (4.280 têtes en 17 mois...) pour les ouvriers du chemin de fer Kansas Pacific (Union Pacific).

En 1868, Buffalo Bill devint éclaireur. Le général Sheridan le nomma Chef des Eclaireurs du Cinquième Régiment de Cavalerie. Les Indiens le surnommèrent : « Pa-e-has-ka » : le chef aux longs cheveux.

En 1872 il engagea Bill Hickok pour jouer une pièce intitulée : Les scouts des plaines.

En 1876, après la défaite et la mort de son ami Custer à la Little Bighorn, il accusa le major Reno de ne pas lui avoir porté secours... Il fut prouvé que Reno avait assez à faire pour protéger ses propres hommes avant de songer à Custer.

Ayant tué le chef cheyenne Yellow Hand dans un combat singulier, en juillet 1876, il dédia son scalp à Custer.
Buffalo Bill's Wild West Show


--------------------------------------------------------------------------------

À partir de1880, il monta un spectacle de cirque avec Indiens, cow-boys et chariots, en association avec Nate Salsbury. En 1889 et 1905, le Wild West Show passa par Cherbourg .Le 8 juin 1905 : Saint-Lô (d'après Reflets du siècle en Normandie, B. Gourbin, Éditions Ouest-France).
Il déposa le bilan en 1910.
Il mourut le 10 janvier 1917.
Une grande partie du mythe a été créée par son ami Ned Buntline.
En savoir plus:
http://etc.dal.ca/belphegor/vol1_no2/articles/01_02_Pons_buffalo_cont.html

Passons maintenant aux wagons:
Les wagons portent le nom de villes du wid west patrie chère à Buffalo Bill
Je commencerais d'abord par en citer 2 en même temps car elles ont de nobreux points communs:
-"Silverton" et "Durango":
Durango - Silverton Narrow Gauge Railroad
Un train à vapeur dans les Rocheuses
Beaucoup de villes du Colorado doivent leur fondation à des mines. Partout dans l'Ouest, des villes sont nées du train. Ce sont le chemin de fer et des mines d'argent qui permirent le développement de Durango : les mines étaient à Silverton, dans le massif des San Juan ; le minerai était fondu à Durango, dans la vallée de la Mancos et l'argent-métal partait vers les marchés de l'Est et de Californie par les trains de la Denver & Rio Grande.

Les mines ne sont plus exploitées. Le D & RG cessa son service à Durango en 1968, mais la ligne de Silverton continue. Le train transporte un peu de fret, mais il est là surtout pour les touristes, les pêcheurs, ceux qui ont envie de faire une belle ballade sans se soucier de conduire, sans oublier les nostalgiques de vapeur et de grands espaces.
Durango et le Strater Hôtel en 1983:



Et il est vrai qu'on est comblé ! Ici, ni diesel, ni électricité : seule la vapeur a cours sur la ligne de Silverton ! L'odeur caractéristique de fumée, de vapeur, et d'huile mélangées assaille les narines des passagers. Le train quitte doucement les herbages au fond de la vallée de l'Animas, entre dans les San Juan, et dans les côtes raides, on sent à chaque coup de piston le wagon progresser de quelques mètres. Dans le canyon de l'Animas, la voie court sur la pente au milieu des arbres, surplombe des précipices, passe des ponts dont les rails semblent flotter au-dessus du vide. Les ingénieurs, en 1881, réussirent que jamais la pente de la voie ne dépasse 2.5%. Mais le train met tout de même trois heures et demie pour parcourir 72 kilomètres !

La locomotive hisse lentement les wagons dans des paysages qui rappellent les scènes finales du western "Johnny Guitar". On arrive sur le plan de Silverton, à 2830 mètres d'altitude, 850 mètres en amont de Durango. L'herbe est plus rase, les arbres rares, l'air frais...
Silverton et sa mine en 1983:

Silverton a été réhabilitée pour recevoir les touristes : vous pourrez y déjeuner et revenir en train quelques heures plus tard. Dans ce cas, il faudra consacrer près d'une journée à l'aller-retour. Il est aussi possible, à condition de trouver un volontaire pour aller à Silverton en voiture, de repartir avec lui vers Ouray et la vallée de la Gunnison, puis choisir entre l'est et le nord. Prendre l'US 550 de Durango à Silverton ne sera d'ailleurs une corvée en rien : les paysages sont magnifiques et, tôt le matin, la route est à peu près déserte.
Sur l'US 550, entre Durango et Silverton (mai 2001):

Une troisième solution consiste à venir du nord et coucher à Silverton (en pleine saison, il est préférable de réserver). On peut prendre un bus le matin à 7h30, être à Durango une heure et demie plus tard, et revenir par le train qui arrive à 13h15.
Silverton (mai 2001):

Site officiel de la Durango - Silverton : http://www.durangorailroad.com
Site officiel de la ville de Durango : http://www.durango.org
Autre site sur Durango : http://www.godurango.com
Site officiel de la ville de Silverton : http://www.silvertoncolorado.com/

-Denver:
La ville de Denver est la capitale de l'État du Colorado, aux États-Unis d'Amérique.

Située dans la plaine à une trentaine de kilomètres des montagnes Rocheuses, Denver compte 554 636 habitants (recensement 2000), 2 millions et demi avec son agglomération. Elle est surnomée the mile high city (la ville à un mile (environ 1600m) d'altitude). Son capitole, dont le dôme est recouvert de feuilles d'or, possède une plaque commémorative indiquant la hauteur mythique.

Denver possède l'Avalanche du Colorado, côte à côte : le premier, similaire à ceux des autres villes américaines, appelé Downtown consiste en de nombreux gratte-ciel. Néanmoins, l'artère centrale de ce centre (16th Street) est piétonnier. Un second centre-ville, datant du XIXe siècle, existe autour de la gare de l'Union construite peu après la Ruée vers l'or qui a débuté dans la région. Ce lower downtown ou loDo a gardé son cachet d'époque et est constitué d'immeubles de trois ou quatre étages.

Denver remporta l'organisation des Jeux Olympiques de 1976, mais une loi, adoptée en votation populaire, interdit son organisation peu après. Le Comité international olympique dut trouver en catastrophe une autre ville pour la remplacer.

L'État du Colorado a choisi George W. Bush en 2004, mais la grande majorité des habitants de Denver ont preferé John Kerry. On peut dire que Denver est une île de bleu dans une mer de rouge.
pour en savoir plus:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Denver

-Wichita:
Wichita est la plus grande ville de l'état du Kansas aux États-Unis.

La population est de 355 126 habitants (estimations 2002), 581 379 pour l'agglomération.

La principale industrie de la ville est l'aéronautique, avec les usines de Bombardier (Learjet), Boeing, Raytheon, Cessna. On y trouve même un centre de conception d'Airbus, associé au centre Filton, en Grande-Bretagne, et spécialisé dans le design d'ailes.

La ville est jumelée avec Orléans en France.
pour en savoir plus:
http://www.wichitagov.org/

-Cheyenne:

A Cheyenne, la capitale de l'État du Wyoming, les visiteurs découvrent un nouvel aperçu de la vie dans l'Ouest au Cheyenne Frontier Days™ Old West Museum, qui retrace la chronologie de l'un des plus anciens rodéos du monde – Cheyenne Frontier Days – et abrite la plus grande collection de véhicules tirés par des chevaux.

Le Wyoming State Museum propose des expositions historiques qui retracent l'histoire diversifiée de l'État. Hébergé dans le Depot rénové de Cheyenne, le nouveau Cheyenne Depot Museum explique comment le chemin de fer a façonné Cheyenne et sa population. Le Nelson Museum of the West présente des objets authentiques de cow-boys et d'Indiens d'Amérique. L'histoire pittoresque du Wyoming est également présentée au State Capitol ainsi que dans la résidence historique du gouverneur (Governor’s Mansion).

Juste au sud de Cheyenne, le Terry Bison Ranch propose une pléiade d'activités, notamment des excursions à la rencontre d'un troupeau de 3.200 bisons; des balades en chariot, en train, ou à cheval; un terrain de camping offrant tous les services, ainsi que le Senator’s Restaurant.
pour en savoir plus:
http://www.cheyennecity.org/


Revenir en haut Aller en bas
Thierry le Disneyen

avatar

Masculin
Age : 44
Messages : 10858
Localisation : secteur Carcassonne
Inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: 20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10) Ven 6 Juil 2007 - 17:05

dernier train du Railroad l'"Eureka" évoque la ruée vers l'or et som nom est due aux cris des mineurs californiens lors de découvertes de pépites:


en 1848, sur la rivière Sacramento, en Californie, le charpentier James Marshall, au service du capitaine Sutter qui a obtenu une concession agricole, découvre des traces d'or. La nouvelle de la trouvaille se répand dans tous les États-Unis, et presque aussitôt dans le monde entier. L'afflux de nouveaux explorateurs est sans précédents : américains, anglais, polonais, autrichiens, français, mexicains, chinois se précipitent vers la Californie. Doublant le cap Horn, traversant l'Oregon dans des voitures à bâches ou bien à dos d'âne à travers l'isthme de Panama, ils devront affronté fatigue, faim, montagne, indiens, moustiques, choléra et fièvre jaune. Mais le gisement est prospère : En neuf ans, la seule production locale déclarée représente 752 tonnes, soit presque autant que le Brésil durant tout le 17ème siècle. La Californie et ses villes naîtront de cette migration. Cette frénésie se propage à de nouveaux gisements au Nevada, au Colorado puis en Alaska.
L'or californien se retrouve bientôt dans les coffres des banques de New York puis en Europe.

Tous les Wagons portent de ce fait des nom de villes Californiennes:

-San Francisco:
San Francisco est la quatrième plus grande ville de Californie, sur la côte occidentale des États-Unis, après Los Angeles, San Diego, et San Jose. Dans les années 1960 elle était familièrement appelée par un diminutif : Frisco. La ville, qui compte 776 773 habitants est située à l'extrémité nord de la péninsule de San Francisco, entre l'océan Pacifique et la baie de San Francisco. Les limites administratives de la commune et du comté de San Francisco sont identiques. L'agglomération, qui s'étend jusqu'à San José au sud, regroupe plus de 7 millions d'habitants en 2004 et se place ainsi derrière New York, Los Angeles et Chicago. Les principaux symboles de la ville sont le Golden Gate Bridge, Alcatraz, la Transamerica Pyramid et les cable cars. Elle est aussi connue pour son quartier gay et ses collines.
pour en savoir plus:
http://fr.wikipedia.org/wiki/San_Francisco

-Los Angelès:
Los Angeles est une grande ville des États-Unis située au sud de la Californie, sur la côte Pacifique. Les Américains l'appellent souvent par son diminutif L.A. prononcé « él ey ». Cette ville est la capitale du comté portant le même nom. Los Angeles signifie « les anges » en espagnol.

Son nom complet en espagnol est : Pueblo de Nuestra Señora la Reina de Los Ángeles de Porciuncula, soit « Le village de Notre-Dame la Reine des Anges de la Porcioncule ».

La ville compte 3 957 875 habitants, et le comté 9 802 800 (en 2000) alors qu'elle n'en comptait que 11500 en 1887.La région métropolitaine de Los Angeles compte plus de 17 millions d'habitants, ce qui en fait la deuxième agglomération des États-Unis, après New York. Mais la ville même de Los Angeles (la city) est relativement restreinte face à l'agglomération qui porte le même nom, même si elle est plus grande que New York et Chicago. Los Angeles est une ville olympique : elle a accueilli les Jeux deux fois (en 1932 et 1984). Mondialement connue pour son activité scientifique et culturelle, c'est une ville cosmopolite (l'un des points d'entrée d'immigrants le plus important aux États-Unis) qui attire les populations grâce à son climat chaud, son style de vie et l'opportunité d'y réaliser son rêve américain.
Pour en savoir plus:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Los_angeles

-Monterey:
Monterey est une ville de la côte Pacifique des États-Unis d'Amérique en Californie. Elle fut la capitale de cet état de 1777 à 1849. Elle fut également le théâtre des opérations d'une bataille de la guerre américano-mexicaine (1846-1848) qui la fit rentrer dans le territoire des États-Unis. Jusque dans les années 1950, la ville vécut en grande partie de la pêche. En 1967, la ville fut l'hôte du Festival international de musique pop de Monterey La ville détient l'un des plus grands aquariums d'Amérique du Nord. Au large de la côte se trouve un canyon sous-marin que les scientifiques peuvent facilement étudier.
Pour en savoir plus:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Monterey_%28Californie%29

-San Diego:
San Diego est une ville côtière du sud de la Californie, aux États-Unis, dont elle marque le coin le plus au sud-ouest. Sa population était de 1 223 400 habitants en 2000, elle était estimée à 1 305 736 en 2005. C'est la seconde ville de l'état de Californie et la septième plus peuplée des États-Unis. Elle est connue pour son climat tempéré, ses nombreuses plages et pour avoir été une importante base navale militaire entre sa fondation en 1602 et la fin de la Guerre Froide. C'est le siège de nombreuses installations de l'armée étasunienne et son port accueille la plus grande flotte navale du monde. De nombreux bâteaux ont été nommé USS San Diego en l'honneur de la ville.
Pour en savoir plus:
http://fr.wikipedia.org/wiki/San_Diego

-Sacramento:
La ville de Sacramento est la capitale de l’État de Californie, aux États-Unis. Elle fut fondée en décembre 1848 par John Sutter. Sacramento s’est développée à partir de la ruée vers l'or, durant laquelle elle était un centre commercial et agricole important. Aujourd'hui la ville se développe rapidement et son agglomération compte plus de 800 000 habitants.
Elle est surnomée Sacto ou Sac par ses habitants. Le surnom de River City est aussi utilisé, ainsi que celui de Sacratomato.
Pour en savoir plus :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sacramento


Revenir en haut Aller en bas
Thierry le Disneyen

avatar

Masculin
Age : 44
Messages : 10858
Localisation : secteur Carcassonne
Inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: 20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10) Ven 6 Juil 2007 - 17:06

Pour cloturer les sujets DLRP railroad je terminerais par le Grand Canyon Diorama (situé sur le parcour du Railroad entre la gare de Main street et l'entrée du train dans la zone Frontierland):



Le Grand Canyon:
Le parc national du Grand Canyon est situé dans le nord-ouest de l'Arizona. Le Grand Canyon a été creusé par le fleuve Colorado dans le plateau du même nom.

Les dimensions du Grand Canyon sont titanesques : 2000 mètres de profondeur moyenne sur plus de 400 kilomètres et plus de 3000 mètres de profondeur à certains endroits. Sa largeur varie de 6 à 20 kilomètres. Le Grand Canyon est la gorge la plus vaste du monde.

La randonnée:
La particularité des randonnées dans un canyon est que l'on commence à descendre... et que le retour se fait en remontant, contrairement aux randonnées en montagne. Cette particularité fait que la randonnée dans le Grand Canyon peut devenir dangeureuse : il est très facile de descendre et beaucoup plus difficile de remonter. Or certains randonneurs n'arrêtent de descendre que lorsqu'ils commencent à être fatigués ou à avoir faim. Ainsi, de nombreux panneaux « Danger de mort » sont affichés au début de la descente pour informer les touristes des dangers.

Les deux principaux accès touristiques sont la North Rim (inaccessible de novembre à avril à cause de la neige) et la South Rim. Un chemin de randonnée relie ces deux accès en traversant le fleuve Colorado. Il est impossible de descendre au fleuve et de remonter sur une seule journée, surtout que la température monte fréquemment à 40 voire 50 degrés Celsius en été.

Le Grand Canyon Railway:

EMBARQUEMENT POUR LE GRAND CANYON !
Un voyage pittoresque à travers les forêts de pins et les contrées sauvages du sud-ouest vous attend à bord du train à vapeur Grand Canyon Railway. Le parcours de 2h15 est animé par des personnes en costume et des joueurs de banjo. Un shérif veille au bon déroulement du trajet souvent perturbé par l’assaut de voleurs. Départ du Williams Train Depot à Williams à 10h et départ du Grand Canyon à15h30.

Renseignements : Express Conseil, Représentation de Phœnix/ Arizona, Mme Laura Guarneri, Mme Marina Dupuy-Wedd, Tel : 01 44 77 88 07, E-mails : laura@ecltd.com et marina@ecltd.com
pour en savoir plus:
http://www.kaibab.org/gcrw/gc_gcrr.htm


Revenir en haut Aller en bas
Thierry le Disneyen

avatar

Masculin
Age : 44
Messages : 10858
Localisation : secteur Carcassonne
Inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: 20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10) Ven 6 Juil 2007 - 17:06

Aujourd'huis je vous parlerais des Gibson girls:



La première pin-up girl s'appelle la "Gibson girl", du nom de son créateur, Charles Dana Gibson. Il réalisait ses premières esquisses à l'encre de chine et au crayon. En 1886, par un beau jour d'automne, dit la légende, un tout nouveau magazine, "Life", lui achète un dessin… En 1897, la première pin-up de Gibson était imprimée. Elle devait à jamais dépasser en popularité ses futures consœurs, les "pretty girls", comme la "Varga Girl", la "Petty girl", la "Christy girl" and so on !

Elle n'était pas n'importe qui, cette "Gibson girl" : même les femmes en raffolaient, car elle était l'incarnation de la nouvelle femme active, sophistiquée et libérée. En un mot, Américaine !

Le magazine "Collier's" acheta jusqu'à 100 000 dollars une centaine de dessins de Gibson dans les années 1900. C'est encore lui qui imprima les premiers posters de pin-ups !
Pour en savoir plus :
http://www.gibson-girls.com/


Revenir en haut Aller en bas
Thierry le Disneyen

avatar

Masculin
Age : 44
Messages : 10858
Localisation : secteur Carcassonne
Inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: 20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10) Ven 6 Juil 2007 - 17:07

-Le Victoria's home style restaurant:

.

LE STYLE VICTORIEN (milieu à la fin du XIXème siécle):
Sous le long règne de la Reine Victoria - très liée à l’Impératrice des français EUGENIE, à qui elle offrit l’hospitalité à la chute de l’Empire - l’Angleterre connut également une période faste.
L’ère industrielle gagnant toute l’Europe, le commerce par voie maritime s’intensifiant, de grosses fortunes s’édifiaient. Les bois précieux, les porcelaines, les cachemires (par la Compagnie des Indes) remplissaient les riches demeures des marchands et de la noblesse.
Dans la décoration de ces demeures, bien que toujours traditionnelle, le “papier mâché”, sous forme de guéridons , sièges , tables à ouvrages, etc...éclaboussait salons et boudoirs de luxe, de gaieté et de fantaisie, par ses bouquets de fleurs peintes, ses chinoiseries et ses nacres irisées, dont les plus beaux spécimens arrivés jusqu’à nous sont de fabrication anglaise.
Le style Victorien a une fausse réputation de lourdeur et de rigidité. Les intérieurs anglais de cette époque avaient un charme sage inimitable, moins théâtral et féminin cependant, que le style Napoléon III de la même époque.
Il est a noter également le large développement de ce style au canada et au nord de l'amérique.

pour en savoir plus:
http://marigot.ca/patrimoine/html/typesa5.htm


Revenir en haut Aller en bas
Thierry le Disneyen

avatar

Masculin
Age : 44
Messages : 10858
Localisation : secteur Carcassonne
Inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: 20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10) Ven 6 Juil 2007 - 17:08

Passons maintenant au Market House deli:



Le deli:
Diminutif de delicatessen, mot qui vient de l'allemand Delikatessen qui au 19ème siècle voulait dire place de délicatesses. Le terme a presque garder son sens et sert aujourd'hui à désigner une boutique qui vend des delicatessen, c'est-à-dire de la nourriture prête à consommer comme les salades ou les viandes cuites. Et c'est ce qu'on trouve dans les Delicatessen. Certains sont devenus aujourd'hui des places incontournables de la tradition culinaire new-yorkaises.
Tous ne sont pas aussi prestigieux que Kats. Vous trouverez des délis à tous les coins des rues un peu fréquentées, déli étant un nom qui sert plus couramment à désigner l'épicier du coin qui vend tout, du journal local au café à emporter, en passant par le savon et les cigarettes. Il y en plein New York, et ils sont souvent ouverts tard, voire toute la nuit.

Le delicatessen:

Une institution new-yorkaise à laquelle il faut absolument goûter. C'est la cuisine juive traditionnelle d'Europe centrale, avec ses multiples nuances suivant le pays d'origine (polonaise, ukrainienne, roumaine, etc.). Goûtez le pastrami sandwich, celui au corned-beef ou à la dinde, servis sur du pain au cumin avec le cornichon aigre-doux et le sempiternel petit pot en carton de coleslaw (salade de chou cru).

Les delicatessens sont notamment des lieux typiques de New York, le plus célèbre étant certainement Katz's Deli, dans lequel a été tournée une scène du film Quand Harry rencontre Sally.

Les delicatessens sont généralement à la fois des lieux de restauration rapide et des épiceries, les produits proposés étant principalement des produits frais. Les afficionados estiment qu'ils y trouvent des menus beaucoup plus variés et sains que dans les chaînes de restaurants de fast food, dans la mesure où l'offre des delicatessens ne repose pas essentiellement sur des fritures, et où les sandwichs sont, le plus souvent, préparés à la commande.

Même s'il existe de grands delicatessens, la plupart d'entre eux sont des échoppes de petite taille.

On trouve typiquement dans les delicatessens des produits prêts à consommer, tels que sandwichs, salades, soupes, omelettes, viandes et fromages, dans un genre fortement influencé par la cuisine juive ashkenaze, originaire d'Europe de l'Est. Ainsi, les mets sont souvent accompagnés de pickles, gros cornichons aigre-doux typiques de ces régions.

Leur réputation tient beaucoup à leur offre en matière de viande (viande fumée ou pastrami), vendue en sandwichs, mais aussi au poids.

Les delicatessens proposent aussi des boissons chaudes et froides, ainsi que des produits de patisserie et de boulangerie (notamment des bagels).

Les adresses les plus réputés :
-le Carnegie Deli:
http://www.newyorknetguide.com/fr/Dir/CarnegieDeli.htm
-Le Katz's delicatessen:
http://www.katzdeli.com/
-le Bens Kosher Delicatessen :
http://www.newyorknetguide.com/fr/Dir/BensKosherDelicatessen.htm


Revenir en haut Aller en bas
Thierry le Disneyen

avatar

Masculin
Age : 44
Messages : 10858
Localisation : secteur Carcassonne
Inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: 20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10) Ven 6 Juil 2007 - 17:09

Aller un petit article fort interressant qui n'est pas de moi mais qui donne un éclairage sur de nombreuses fenêtres de Main street:
http://webcot.free.fr/articles/mainstreet.htm


Revenir en haut Aller en bas
Thierry le Disneyen

avatar

Masculin
Age : 44
Messages : 10858
Localisation : secteur Carcassonne
Inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: 20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10) Ven 6 Juil 2007 - 17:09

J'évoquerais maintenant le Dapper Dan's hair cuts:



J'ai fait de nombreuses recherches qui ont aboutit à 2 versions concernant l'origine du mot Dapper Dan .
En fait il y a Dapper Dan qui fut le nom donné à la première troupe de chanteurs d'harmonie de Disneyland Anaheim mais cette version n'était pas celle que je recherchais ,bien qu'étant la plus connu .
Mais l'origine la plus vraissemblable du nom Dapper dan car le plus ancienne est celle dont je vais vous parler çi dessous.

Dapper Dan l'homme qui vendit la tour Eiffel
Vraiment, il faut le faire. Et plutôt deux fois qu'une ! À des Français en plus, surtout quand on n'est pas français soi-même.

C'est pourtant ce qu'a fait Victor Lustig, aidé de Dan Collins, surnommé « Dapper Dan », un acolyte rencontré à New York, lequel avait la spécialité de séparer en deux portions le « pigeon » et son argent. Le tout se passait dans des hôtels de second ordre, où les chambres se louent à l'heure plutôt qu'à la journée'

Pour sa part, le comte Lustig, comme il aimait bien se faire appeler, avait beaucoup plus de style. Dès son enfance, en Tchécoslovaquie, il maîtrisait déjà superbe­ment cinq langues. Pour sa part, Dapper Dan parlait lui aussi un excellent français, élément capital dans cette affaire. Donc, au printemps 1925, les deux compères s'instal­lent au chic hôtel de Crillon, place de la Concorde. Or, dans les journaux du 8 mai pa­raissait une nouvelle où on expliquait que la Tour Eiffel, à l'origine construction tem­poraire pour l'Expo de 1889, avait besoin d'un sérieux lifting, au point qu'on envisageait de la démonter, ce qui serait moins cher'

Lustig se mit vite à la tâche. Il se fit faire des documents à l'en-tête de l'orga­nisme responsable de la Tour, le ministère des Postes et Télégraphes, puis il se mit à la recherche des plus importantes compagnies récupératrices de métaux ferreux ; il en convoquait les cinq principaux représentants à une réunion confidentielle, en prenant bien soin de souligner que seuls le Président de la République, le Ministre, le sous-mi­nistre (Lustig) et son chef de cabinet (Dapper Dan) étaient au courant de la démarche. C'est soi-disant pour cette raison que le tout se déroulait à l'hôtel de Crillon, loin du Ministère et des regards indiscrets.

Et il leur annonça la nouvelle sur le ton le plus solennel : « Messieurs, le gouvernement devra démolir la Tour Eiffel ! Et vous êtes ici pour soumissionner ! » Il leur fit faire une visite « officielle » de la Tour, avec limousines et tout ! Quelques jours plus tard, le « sous-ministre » se présentait à la demeure de (!), l'un des soumission­naires, pour lui annoncer qu'il avait été choisi. Ce dernier devait se présenter deux jours plus tard à l'hôtel de Crillon avec un chèque visé au montant de la moitié de la soumis­sion, et Lustig poussa l'audace jusqu'à lui demander un pot-de-vin en plus' « Rien de plus normal », renchérit M. Poisson, qui lui remit sans hésiter un substantiel pourboire.

Tout de suite après avoir encaissé le chèque visé, les deux filous prenaient le train pour l'Autriche. Après quelque temps à Vienne, ils revenaient à Paris pour re­commencer leur coup. Par contre, ils n'eurent pas la même chance, cette fois. Le second Monsieur Poisson découvrit vite le pot aux roses et les deux compères durent s'éclipser en bateau pour New York,en vitesse.(source :Claude Marcil-Agence Science-Presse )

Sachez également qu'un clin d'oeuil aux produits capilaires Dapper Dan est fait dans le Film Disney "O'Brother where art thou" des frères Cohen avec George Clooney.

çi dessous je vous met le lien concernant le fameux quartet de Disneyland Anaheim (perso ,pour l'histoire je suppose que walt Disney a du entendre parler de cette affaire de tour eiffel et repris ce nom pour le quartet):
http://www.mouseplanet.com/sue/sk010628.htm


Revenir en haut Aller en bas
Thierry le Disneyen

avatar

Masculin
Age : 44
Messages : 10858
Localisation : secteur Carcassonne
Inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: 20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10) Ven 6 Juil 2007 - 17:10

L'emporium:

En fait emporium est l'ancien terme utilisé pour nommer les centres commerciaux haut de gammes de l'Oregon,état de Washington, Californie, Nevada et Idaho.Cependant il est encore possible de retrouver ce terme au centre ville de Bangkok ainsi qu'en Pennsylvanie et au Kansas.



çi dessus on peut voir un système de transmission identique à ceux utilisés autrefois où des paniers permettaient au caissières d'y mettre l'argent qui repartait en direction, de la caisse centrale (bref c'est l'ancètre de nos tubes à air comprimés).

passons maintenant aux Bixby Brothers:
Lettre adréssée à Madame Bixby par Abraham Lincoln:
Executive Mansion, Washington, November 21, 1864.
Dear Madam,
I have been shown in the files of the War Department a statement of the Adjutant General of Massachusetts that you are the mother of five sons who have died gloriously on the field of battle.
I feel how weak and fruitless must be any word of mine which should attempt to beguile you from the grief of a loss so overwhelming. But I cannot refrain from tendering you the consolation that may be found in the thanks of the Republic they died to save.
I pray that our Heavenly Father may assuage the anguish of your bereavement, and leave you only the cherished memory of the loved and lost, and the solemn pride that must be yours to have laid so costly a sacrifice upon the altar of freedom.
Yours, very sincerely and respectfully,




Les 5 frères Bixby:
J'ai également fait,pour ce sujet de nombreuses recherches de façon à trouver le lien le plus logique avec l'époque de Main street(n'ayant trouvé aucuns liens avec des imagineers et autres personalités de la société).J'ai finalement aboutit à cette triste histoire datant de la guerre de cecession:
En 1864 Abraham Lincoln fut contacté par le gouverneur du Massachussets John A.Andrew,qui écrivit que Madame Bixby eu 5 fils tous disparus pendant la guerre civile et lui demande d'adresser à cette dame une lettre de condoléance.
Cette histoire pris d'énormes proportions et servis d'exemple pour de nombreuses familles américaines à qui les nombreuses guerres qui suivirent prirent des membres chers.
Ceci dit cette histoire de perte de 5 enfant semble inexacte car certaines recherches de la part d'historiens ont aboutit à certaines conclusion comme quoi seul 2 des 5 enfants (Charles et Oliver)seraient bien décédé mais qu'il n'en serait rien pour les 3 autres.L'un étant capturé par les confédérés jusqu'à la fin de la guerre puis reparti dans le nord,le 2èm ayant trahie son armée pour se joindre aux forces ennemies et le 3èm ayant également déserté l'armée pour devenir marin.

Je tiens à préciser que ce qui est stypulé çi dessus semble être le lien le plus plausible avec la boutique et l'époque de main street .Ceci dit je ne saurais afirmer l'exactitude du lien.
liens complémentaire:
http://www.rjgeib.com/thoughts/civil/civilwar.html




Dernière édition par le Ven 6 Juil 2007 - 17:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Thierry le Disneyen

avatar

Masculin
Age : 44
Messages : 10858
Localisation : secteur Carcassonne
Inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: 20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10) Ven 6 Juil 2007 - 17:10

passons maintenant à la boutique Harrington's Fine China & Porcelains :


Le Nom de la boutique "Harrington" vient du film Disney de 1960 intitulé Pollyanna.
Ce nom vient plus exactement de celui de la Tante Polly Harrington propriétaire d'un somptueux domaine aux pelouses tondues ras ,aux bosquets fleuris avec de grands arbres feuillus qui ombrageaient des allées sablées avec soin.
La famille était suffisament importante pour que le petit village Anglais où ils résidaient portait leur nom.

Je me suis ammusé à rechercher le village d'Harrington évoqué par Disney (car l'auteur d'origine Eleanor Hodgman Porter qui publia pollyanna en 1913 évoqua la ville de Beldingsville) et j'ai trouvé l'emplacemant qui correspond le plus à l'histoire évoquée par Walt Disney (Harrington,lieu situé au royaume unis avec accés par voie ferré :
Harrington, Cumbria, CA13




Revenir en haut Aller en bas
Thierry le Disneyen

avatar

Masculin
Age : 44
Messages : 10858
Localisation : secteur Carcassonne
Inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: 20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10) Ven 6 Juil 2007 - 17:11

restons toujours dans la théma de Pollyanna avec cette pancarte:

Le nom de Chilton est en fait celui du docteur qui soigna Pollyanna:

En ce qui concerne le portrait situé sur la pancarte il ne peut que s'agir ,selon moi,d'un portrait issue du roman écrit par son auteur d'origine.


Revenir en haut Aller en bas
Thierry le Disneyen

avatar

Masculin
Age : 44
Messages : 10858
Localisation : secteur Carcassonne
Inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: 20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10) Ven 6 Juil 2007 - 17:12

Passons maintenant à la personne la plus importante de cette rue qui n'est autre Que Lillian (Lilly's boutique):


Lillian Marie Bounds (née le 15 février 1899 à Lewiston dans l'Idaho ; décédée le 16 décembre 1997, à Los Angeles en Californie) fut la femme de Walt Disney. Elle se maria après la mort de ce dernier à John L. Truyens (1969 – 1981).
Après une éducation dans l’Idaho à Lewiston, sa ville natale, Lillian alla à la fin des années 1910 ou au début des années 1920 à Los Angeles afin de trouver du travail. Il semble qu’elle ait eu des notions de dessin ce qui lui permit de postuler pour des postes liés à l’animation.

Walt Disney l’engagea vers 1924 dans son studio comme intervalliste, ainsi elle gouacha les premiers Mickey Mouse. Elle était une belle et gentille jeune femme. Le soir, tard, Walt voulait souvent la ramener avec une collègue chez elle dans un vieux pickup que Walt et Roy avaient acheté pour les besoins du studio. Walt déposait toujours l’autre jeune femme d’abord. Lillian racontait principalement à Walt son enfance dernière de 10 enfants dans une forge et il adorait cela. Après un moment ils commencèrent à aller plus loin, parlant tout le temps. Mais Walt refusa toutes les invitations de Lillian à rencontrer sa famille. Il ne désirait pas leur être présenté tant il n’eut pas économisé assez d’argent pour s’acheter un nouveau costume. Il y alla ensuite immédiatement. Walt et Roy, qui partageaient un appartement commencaient à en être malade se tapant sur les nerfs et se querellant constamment. Le problème trouva une solution au début de 1925, quand Roy demanda à sa petite amie de longue date, Edna Francis, de se marier. Peu de temps après, le 13 juin 1925, Walt et Lilly, comme il la surnommait, se marièrent à Lewiston dans l’Idaho.

Walt et Lillian eurent deux filles. Diane Marie Disney naquit le 19 décembre 1933 puis le couple prit la décision d’en adopter une seconde, Sharon Mae Disney, qui était née le 21 décembre 1936 et connaissait une de ses sœurs nommée Hazel Sewell.

Lillian est la tante de Roy Edward Disney et grand-mère de :

Chris Miller
Joanna Miller
Tamara Scheer
Jennifer Miller-Goff
Walter Elias Disney Miller
Ronald Miller
Victoria Brown
En 1987, Lillian Disney offrit 50 millions de $ pour la construction d’une nouvelle adresse pour le Philharmonique de Los Angeles. Après plusieurs retards, le Walt Disney Concert Hall ouvrit en 2003, six années après la mort de Lillian Disney.

Sa filmographie comprend des travaux tels qu'intervalliste (mise en place de l’encre sur les films) sur le film de 1928 Plane Crazy.


Revenir en haut Aller en bas
Thierry le Disneyen

avatar

Masculin
Age : 44
Messages : 10858
Localisation : secteur Carcassonne
Inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: 20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10) Ven 6 Juil 2007 - 17:13

Aujourd'huis je vous parlerais du Cable Car Bake shop:


Tramway à traction par câble:
Le tramway à traction par câble (en anglais Cable car on rail) est un véhicule sur rail de type tramway qui est tiré par un câble.

Il diffère des tramways classiques car il n'y a pas de système de propulsion à bord. Un moteur fixe assure le mouvement du câble sous la chaussée, et le véhicule s'y agrippe pour se déplacer. Il ressemble en cela au principe du funiculaire, mais en plus complexe, car les trajets parcourus suivent la voie publique et peuvent avoir plusieurs montées et descentes successives. De plus, la cabine n'est pas solidaire du cable. Elle s'y aggripe par une grande pince au démarrage, le relâche avant l'arrêt suivant et utilise des freins classiques.

L'exemple le plus célèbre et pérenne est le cable car de San Francisco en Californie, qui a été conçu en 1873 par Andrew Smith Hallidie. Il a été plusieurs fois rénové et fonctionne encore de nos jours, fournissant à la ville une de ses caractéristiques touristiques. Hong Kong possède une ligne du même type, le Peak Tram qui mène du centre ville au Victoria Peak, 396 m plus haut.

Plusieurs dizaines de lignes de ce type ont été créées à la fin du XIXe siècle pour gravir les pentes inaccessibles aux tramways classiques. La plupart ont été fermées avant la Seconde Guerre mondiale, pour être souvent remplacés par des autobus.

En France, Paris a été équipée d'une ligne comparable au cable car de San Francisco. Il s'agissait du Tramway funiculaire de Belleville, qui reliait la place de la République à l'église de Belleville. Tout comme leurs homologues californiens, les véhicules étaient équipés d'un système de pince débrayable qui agrippait le câble. Ouverte en 1891, la ligne resta en service jusqu'en 1924, après avoir connu un spectaculaire accident en 1906, quand une cabine dévala la pente sans freiner en blessant vingt personnes.
Je ne peut que vous recommander ce superbe site en complément :
http://www.cablecarmuseum.org/index.html


Revenir en haut Aller en bas
Thierry le Disneyen

avatar

Masculin
Age : 44
Messages : 10858
Localisation : secteur Carcassonne
Inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: 20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10) Ven 6 Juil 2007 - 17:13

Les main street vehicles:

-Le Paddy Wagon :



Plus connu sous le nom de panier à salade est en fait
Une Ford T modèle Paddy Wagon.
Le Paddy wagon était un véhicule utilisé par la police afin de transporter une grosse quantité de personnes arrété.
"Paddy" est en fait le diminutif péjoratif Irlandais de Patrick utilisé pour insulter les Irlandais.
Les Irlandais ayant été nombreux au rang des officiers des nombreuses forces de polices de chaques recoins des états unis.

Cette concentration d'Irlandais dans les forces de polices aurait ,selon les rumeurs les plus sérieuses ,donné naissance au terme Paddy wagon.
Une autre rumeur dis que le terme viendrait en fait des nombreux ivrognes irlandais qui s'assayaient sur le marche pied situé à l'arrière des véhicules.

Ces véhicules étaient généralements paints en noir.Aussi bien aux états unis qu'au Royaume unis.
Ils étaient également appellés "Black Mariah"L'origine du terme étant incertain.L'Oxford English dictionnary nous informe que ce nom aurait été mensionné par le Boston evening traveler en 1847pour annoncer ce nouveau type de véhicules.le Brewer's Dictionary of Phrase and Fable suggère que le nom viendrait de Mariah Lee une grande et effrayante dame noire que la police appelait à la rescousse pour les aider à affronter des prisonniers difficiles.Ce terma est d'ailleur encore utilisé dans une partie de l'angleterre pour nommer les véhicules transportant les prisonniers de la prison au tribunal.
Nom également cité dans la chanson Guns of Brixton du groupe Clash égalements apercus dans ces véhicules utilisés pour les mêmes raisons.
Le Terme Paddy est également utilisé dans certains recoins de l'australie et en particulier le New South Wales et le queensland pour les véhicules de prisonniers.
La limousine:


CADILLAC - MODEL G:
En 1905 Cadillac sortit le modèle L, une confortable limousine vendue au prix de 5 000 dollars, qui méritait d'être classée parmi les voitures de grand luxe. Une version plus petite et plus économique, le modèle G, fut produite en 1907 et 1908.
La cadillac modèle G de 1908 était quasiment similaire à sa version de 1907 Hormis le fait qu'elle était disponible en version limousine.Elle offrait également 2 sièges passager contrairement au modèle de 1907 et sa puissance fut augmenté de 20 à 25 chevaux tout en conservant le même type de moteur et le même nombre de cylindres grace à une nouvelle formule intitulé formule ALAM du nom de son inventeur.La conception y était rigoureusement minutieuse.Cependant il fallu de nombreuses années avant que les courbes de puissances ne soient utilisées à titre publicitaire.
Pour en savoir plus sur les caractéristiques techniques de la voiture:
http://100megsfree4.com/cadillac/cad1900/cad08s.htm

Autre modèle :
La cadillac Roadster 1912:


pour en savoir plus sur les caractèristiques techniques de ce modèle:
http://www.100megsfree4.com/cadillac/cad1910/cad12s.htm
passons maintenant au fire truck:


Aprés de multiples recherches sur l'origine et la date du firetruck il s'agirait en fait d'une version modifié de la fameuse limousine Cadillac détant de 1908;l'autre version datant de 1909 (CADILLAC - MODEL "THIRTY")étant déjà plus élaboré que ce soit au niveau des pneumatiques mais aussi du deseign.

Quelques visuels en détail du véhicule (version similaire de californie):
http://svsm.org/gallery/disneyfiretruck

J'évoquerais maintenant au double-decker bus :


avant de parler du double decker bus j'évoquerais d'abord rapidement l'omnibus):
1826 date des premiers omnibus :
Stanislas Baudry, un ancien officier de l'Empire, ouvre à Nantes la première ligne de transports en commun. Elle est couverte par deux voitures à chevaux d'une capacité de 16 personnes. Le mot "omnibus" vient du fait que les voitures stationnaient devant la boutique du chapelier "Omnes". Stanislas Baudry ira ensuite faire carrière à Paris où il créera un réseau de 18 lignes d'autobus.
Ce choix permet à la fois d'évoquer l'amérique du début du 20èm siècle mais également de ravir un grand nombre de guests.

Le double Decker bus est le modèle de celui qui servit à New York le long de la 5èm avenue.
Ce choix permet à notre resort à la fois d'évoquer l'amérique du début du 20èm siècle mais également de ravir un grand nombre de guests.
Les Double Decker sont actuellement gérés par la compagnie Gray Line dont voici le lien :
http://www.coachusa.com/newyorksightseeing/




Dernière édition par le Ven 6 Juil 2007 - 17:18, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Thierry le Disneyen

avatar

Masculin
Age : 44
Messages : 10858
Localisation : secteur Carcassonne
Inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: 20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10) Ven 6 Juil 2007 - 17:14

Je terminerais les sujets main street vehicules par le Fameux
Horse-drawn street car:



Le premier véhicule de transport de masse en Amérique a été appelé un omnibus:

Il ressemblais à une diligence et été tiré par des chevaux. Le premier omnibus à fonctionner en Amérique fut mis en circulation sur Broadway à New York City en 1827. Il appartenait à Abraham Brower, qui a également aidé à mettre en place la première caserne de pompiers de New York.

Celà faisait pas mal d'années que l'on voyait des diligences et autres véhicules du genre en Amérique pour emmener des personnes. Ce qui était nouveau et différent au sujet de l' omnibus c'était qu'il fonctionnais le long d'un certain itinéraire indiqué et appliquant un prix très bas. Le conducteur pouvait également se reposer sur un banc situé à l'avant de l'omnibus, comme un conducteur de diligence. Quand les gens souhaitaient descendre de l'omnibus il suffisait simplement de tirer un peu sur une courroie en cuir. La courroie en cuir été reliée à la cheville de la personne qui conduisait . Les omnibus ont circulés dans les villes Américaines de 1826 jusqu'environ à 1905.

La première amélioration importante concernant l' omnibus était le streetcar. Les premiers streetcars étaient également tirés par des chevaux, cependant, au lieu de monter le long d'une rue régulière, les streetcars roulaient le long de rails en acier spéciaux qui ont été placés au milieu de la rue. Les roues du streetcar ont été également fabriqués en acier, soigneusement construit de manière à ne pas dérailler . Un Horsedrawn street car était beaucoup plus confortable qu'un omnibus et un cheval seulement était nécéssaire pour le tracter alors qu'il était beaucoup plus grand, et transportait plus de passagers, qu'un omnibus.

Le premier street car a fonctionné le long de Bowery street à New York, et entra en service en 1832. Il était la propriété de John Mason, un riche banquier , et fut construit par l'irlandais, John Stephenson. La Stephenson's New York company deviendra par la suite le plus grand et le plus célèbre constructeur D'horse-drawn streetcar.

La deuxième ville américaine qui eu des streetcars était la Nouvelle-Orléans en Louisiane, en 1835. Le streetcar américain typique était actionné par deux membres d'équipage. Un conducteur situé à l'avant. Son travail était conduire le cheval, commandé par un ensemble de rênes. Le conducteur avait également une poignée de frein qu'il pouvait utiliser pour arrêter le streetcar. Quand les streetcars sont devenus plus grands, parfois deux et trois chevaux étaient employés pour les tracter. Le deuxième membre d'équipage était appelé chef d'orchestre, il montait au fond de la voiture. Son travail consistait à aider les passagers à monter et descendre du streetcar, s'occuper de la billeterie, et donner le signal au conducteur quand tout le monde était à bord . Il donnait le signal tirant sur une corde qui était attachée à une cloche à l'autre extrémité de la voiture que le conducteur pouvait entendre.

La première tentative visant à développer une machine pouvant remplacer les chevaux sur les lignes streetcar Américaines était le cable car de 1873. Des voitures tirées par un cable se déplacant lentement le long des rues d'une ville. Convertir une ligne streetcar câble car exigeait de creuser un fossé entre les rails et établir une tranchée sous la voie d'une extrémité de la ligne à l'autre. Cette tranchée était appelée " chambre forte". Quand la chambre forte était achevée , une petite ouverture était laissée au dessus pour laisser la place à un long câble situé à l'intérieur de cette "chambre forte".
Le câble se déplaçait à l'aide d'un moteur à vapeur énorme équipé de roues et poulies massives placé dans une centrale électrique sur le côté de la rue. Les cables car eux mêmes étaient équipés d'un dispositif se prolongeant au dessous de la voiture jusqu'à la chambre forte et permettait au conducteur de la voiture de se verrouiller sur le câble mobile quand il souhaiter démarrer, ou se déverrouiller du câble quand il souhaitais s'arrêter. Il y avait beaucoup de poulies et de roues à l'intérieur de la chambre forte pour assurer le déplacement du câble permettant de tourner, mais également de Franchir des collines.

Les premiers Cable cars ont circulés à San Francisco. La plus importante flotte de cable car d'Amérique était situé à Chicago. La plupart des grandes villes américaines ont fait câbler une ou plusieurs lignes en 1890.

Frank Sprague installa un système complet de streetcars électriques à Richmond,Virginie, en 1888. C'était la première utilisation réussie à grande échelle de l'électricité visant à exploiter les streetcars dans l'ensemble de la ville. Sprague a été soutenu dans le Connecticut en 1857. En 1878 il a reçu un diplôme de l'académie navale des Etats-Unis à Annapolis, Maryland, et a commencé une carrière en tant qu'officier naval. Il a démissionné de la marine en 1883 et est allé travailler pour Thomas Edison .

Après 1888, beaucoup de villes se sont tournées vers les streetcars électriques. Pour obtenir l'électricité sur les streetcars à partir de la centrale électrique où il était produit, un fil aérien était installé le long des rues . Un streetcar touchait ce fil électrique avec une longue tige sur son toit. En arrière à la centrale électrique, de grands moteurs à vapeur faisait tourner des générateurs énormes pour produire l'électricité requise pour actionner les streetcars. Un nouveau nom fut développé pour les streetcars électriques ils se sont appelés les "trolley cars".
Voici un lien concernant la John Stephenson's New York company:
http://www.ironhorse129.com/rollingstock/builders/stephenson1.htm

Ahhhh Main street il y a tant à dire dessus mais j'ai décidé de quitter,momentanément, ce land pour évoquer à partir de demain Frontierland cependant je ne pouvait quitter cette rue sans évoquer la douce musique qui y est diffusée en l'occurence le Ragtime:


Le ragtime est un genre musical d'origine américaine, extrêmement populaire dans les années 1900-1915. On trouve dans le Cakewalk et les musiques de salon une forme primitive de ragtime, mais on situe généralement l'émergence du ragtime classique en 1897, année où furent publiées plusieurs compositions importantes de ragtime (communément appelées rags).

Le ragtime est généralement considéré comme l'un des principaux précurseurs du jazz (avec le blues). À partir des années 1920, le jazz a rapidement supplanté le ragtime, même si celui-ci a pu continuer à se développer au travers de dérivés tels que le Novelty piano ou le Stride. Le ragtime a par la suite connu un regain d'intérêt dans les années 1950 et les années 1970 (notamment avec la musique du film L'Arnaque de George Roy Hill, empruntée à Scott Joplin). La composition de ragtime, sous une forme classique ou plus élaborée, continue encore de nos jours, et a donné lieu à de nouvelles formes telles que la Terra Verde.

Le ragtime est principalement associé au piano, mais est aussi joué avec d'autres instruments, tels que la guitare ou le banjo, et peut être interprété avec une formation de type fanfare.

Du point de vue musical, le ragtime se caractérise principalement par l'introduction de syncope dans la mélodie : les notes sont parfois jouées entre les temps principaux du rythme, créant un effet de décalage. Au piano, la main gauche assure un battement à quatre temps bien marqué (alternant basses et accords plaqués, mouvement appelé « faire des pompes » dans l'argot musical) que vient syncoper la mélodie jouée par la main droite. C'est ce Ragged-time (temps en lambeaux, déchiquetés) qui a donné son nom au genre. La structure classique AA/BB/A/CC/DD des airs de ragtime semble avoir été adoptée à la suite du gros succès de Maple Leaf Rag de Scott Joplin, publié en 1899.

On considère traditionnellement Scott Joplin, Joseph Lamb et James Scott comme les trois grands compositeurs de la période classique du ragtime. En réalité, de nombreux compositeurs ont répondu et nourri l'engouement suscité par le ragtime à cette époque. Citons, entre autres, May Aufderheide, Zez Confrey, Ben Harney, Charles L. Johnson, Artie Matthews, Lucky Roberts, Paul Sarebresole, Wilber Sweatman, et Tom Turpin. Parmi les compositeurs contemporains, on trouve William Bolcom, David Thomas Roberts, et Trebor Tichenor.

Parmi les airs de ragtime très connus du grand public, on peut citer :

The Maple Leaf Rag et The Entertainer (1902) de Scott Joplin, popularisé par le film L'Arnaque (écouter)
12th Street Rag (1914) de Euday L. Bowman

Voici un lien sur les principaux compositeurs avec extraits musicaux:
http://www.ragtime-france.net/Ragtime/Grd/Fgrands.htm

Et voici les titres diffusés:
matin:
Voici le loop du matin :

01. Good old timers
02. ?
03. Birdbrain rag
04. Delmonica polka
05. Flitterin'
06. Beautiful beulah
07. Clef club no. 1
08. Train ride
09. Goodbye my coney island baby
10. ?
11. Let's have a drink on it
12. Mary's a grand ol'name
13. Let's be all american now
14. Atlantic city
15. Clef club no. 2
16. Could love a million girls
17. Yanlee doodle dandy
18. Banana peel rag
19. Aviation rag
20. Old timers waltz medley
21. Furtuosity
22. Made in America
23. Dynamite rag
24. Kentucky home
25. Bring me back my lovin' honey boy
26. Goodbye Broadway, hello France
Aprés midi:
1 Let's All be American Now
2 Atlantic City
3 Clef Club No. 2
4 I Could Love a Million Girls
5 Yankee Doodle Dandy
6 Banana Peel Rag
7 Aviation Rag
8 Old Timers Waltz Medley
9 Beautiful Beulah
10 Flitterin
11 Fortuosity
12 Made in America
13 Delmonica Polka
14 Dynamite Rag
15 Kentucky Home
16 Bring Me Back My Ever Lovin' Honey Boy
17 Goodbye Broadway, Hello France
18 How Ya Gonna Keep 'Em Down on the Farm
19 Dearie
20 Winter Garden Rag
21 Black And White Rag
22 Teddy Trombone
23 Golden Arrow
24 China Town my China Town
25 ??
26 Goodbye My Coney Island Baby
27 Let's Have a Drink on It
28 Mary's a Grand Ol' Name


Frontierland:



Tout d'abord ,et avant de vous faire pénétrer dans cet univers sachez que vous allez remonter le temps car l'histoire de Frontierland se situe entre 1849 et 1885.
0 cette époque nombreux furent les colons venant de l'est à rechercher de nouveaux territoires pour s'implanter à travers les états unis redélimittant constament la frontière les séparant de l'ouest sauvage.C'est cette fameuse frontière qui servit à la nomination de Frontierland.

La Frontière:
La Frontière désigne cette limite entre les États en structuration de la colonisation du continent américain par les États-Unis et le Canada d'une part, et les peuplades des Américains natifs, nommés Indiens par les nouveaux arrivants. Cette frontière ne cessa d'être repoussée à l'Ouest, ce qui donna l'expression Go West, young man, Go West largement reprise par les "étatsuniens", pour signifier les terres d'opportunités fournies aux ambitieux avides d'aventures et de grands espaces.

Ils ne furent pas déçus : le Far West était gigantesque. Lorsque se termina la guerre contre le Mexique, la Californie s'ajouta aux États de l'Union, et la Frontière cessa d'être une limite au-delà de laquelle les ressources en bisons et terres étaient supposées inépuisables. La Californie se développa ensuite par le biais de l'interface pacifique, attirant Chinois et Européens qui avaient fait le voyage par bateau. Ce fut ensuite la Ruée vers l'or, fièvre qui fit pousser certaines villes comme des champignons.

Il fut ensuite traversé par le cheval de fer, comme les peuplades aborigènes (au sens propre) l'appelaient, ce qui supprima définivement sa connotation aventuresque : le territoire passait dans l'ère des transports modernes, et la compagnie de diligences (en)Wells Fargo devenait une institution financière.

Au sortir de cette époque, la seconde moitié du XIXe siècle laissait encore des espaces à coloniser, la Frontière ne disparut pas physiquement : ainsi la structuration de l'État de l'Orégon au nord de la Californie, continuant des forêts de Redwoods dont certains à la taille légendaire, fut-elle un passage obligé pour les trappeurs et aventuriers qui achèveraient l'aventure des colonies d'Amérique du Nord en Alaska, notamment dans le Klondyke. Les conditions météorologiques allaient laisser cet espace acheté à la Russie tzariste encore longtemps un sanctuaire pour la Nature.

La Frontière ? Métaphoriquement, elle n'a jamais disparu de la mentalité américaine ; les hommes médiatiques s'en réfèrent comme les Européens de leur passé médiéval.

exemple : to circle the wagons lorsqu'une entreprise connaît des difficultés, est une invitation pour ses salariés à se « serrer les coudes » et prendre la tempête à bras le corps ; l'expression fait bien entendue référence aux chariots de braves colons supposément légitimés pour passer la Frontière et rejoindre la tant rêvée Californie, lorsque les peaux-rouges méchants et sauvages les assaillaient.
Mais tout ceci, sauvagerie comprise, relève de stéréotypes.

lien interressant sur Frontierland:
http://webcot.free.fr/articles/frontierland/frontierland2.htm


Revenir en haut Aller en bas
Thierry le Disneyen

avatar

Masculin
Age : 44
Messages : 10858
Localisation : secteur Carcassonne
Inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: 20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10) Ven 6 Juil 2007 - 17:25

Le fort Comstock:

John Mackay l'homme qui fit fortune avec la mine Comstock situé à Virginia city dans le Nevada.


Il existe 2 versions concernant le Fort Comstock je commencerais par celle la plus en rapport avec l'historique de Frontierland:

John Mackay: Irlandais de naissance, John Mackkay était arrivé tardivement pour chercher de l'or en Californie. Il entendi parler d'une grêve à Comstock, il a marché les 250 miles séparant San Francisco de Virginia city , Nevada lieu où se trouvait la mine de Comstock. Après trois ans de recherches infructueuses avec une simple pelle comme outil de travail, Mackay entendis parler du départ d'un de ces associés sur une concession voisine. Il laissa donc son emplacement, et retrouva cet homme qui combattait alors avec les forces confédérées, il lui racheta sa part pour $500 sur un champ de bataille alors que les tirs étaient continuent(selon les dires), il retourna à Virginia city, devenant par la suite l'un des hommes les plus riches.

Le fort est en fait un poste avancé permettant de protéger les citoyens américains de toutes attaques .
liens:
http://www.calliope.org/gold/gold3.html
http://www.travelnevada.com/language/french/generalinfo_history.htm


La 2èm version concernant la nomination du Fort viendrais en fait de l'imagineer Paul Comstock haut responsable de tout ce qui est aménagement paysager et qui travailla non seulement sur le projet DLRP mais également sur de nombreux autres projets comme Animal Kingdom et dernièrement Hong Kong Disneyland.


Revenir en haut Aller en bas
Thierry le Disneyen

avatar

Masculin
Age : 44
Messages : 10858
Localisation : secteur Carcassonne
Inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: 20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10) Ven 6 Juil 2007 - 17:26

Big thunder mountain & Thunder mesa mining cie:


La montagne du grand tonerre (nom ,selon la légende Disneyenne,donné par les indiens )est inspiré des fameuses mesa de monument valley situé en utah.

Qu'est ce qu'une mésa?:

Mesa signifie « table », en espagnol. Une mesa est une grande superficie à peu près plane et horizontale, qui s'élève au-dessus du plan moyen du relief. Pour qu'une mesa se forme, il faut donc qu'à un moment de l'histoire géologique se soit constituée une étendue de plusieurs hectares ou kilomètres carrés, plane et horizontale, plus dure que les terrains de même niveau qui l'entourent.

Cette couche peut se former de différentes façons.

La première qui vient à l'esprit est évidemment les strates de roches sédimentaires différentes : un grès plus dur que les molasses de la couche inférieure forme une couche protectrice. A la limite de la couche de grès, ou bien là où il a été enlevé plus rapidement, les molasses sont rapidement érodées. La couche de grès forme une mesa qui domine les terrains plats et les vallées environnantes.
La mesa s'érode latéralement, par retrait des falaises. Lorsque sa surface a suffisamment diminué, elle devient une butte. La butte se réduit en flèche ou piton (en anglais : spire ou monument). Les parties qui s'écroulent peuvent se fractionner en petits blocs, ou simplement s'affaisser et mettre très longtemps à se résorber. Les blocs deviennent gravier et le gravier sable. Le sable est emporté par les pluies, et s'en va combler les lacs et les mers. Ou bien c'est le vent qui le chasse, et il s'accumule en dunes là où un obstacle l'arrête.

D'autres causes peuvent finir par aboutir à une mesa : une éruption volcanique répand une coulée de lave fluide. Celle-ci occupe naturellement les points les plus bas du paysage : le lit de la rivière, s'il y en a une. Le lit est barré, la rivière détournée. Elle se met à ronger le terrain plus tendre de part et d'autre du champ de lave. Peu à peu, ces terrains plus meubles disparaissent et le champ de lave reste en surplomb : la mesa est formée. Si le climat s'assèche, des cours d'eau disparaissent. De l'ancien paysage ne restent que la mesa et une grande plaine alluviale, où l'on a parfois bien du mal à distinguer l'ancien lit d'une rivière.
Le lit caillouteux d'un ancien cours d'eau peut lui-même devenir une mesa : l'accumulation des rochers, de galets, de graviers finit par détourner la rivière, comme cela a été le cas de la Durance dans la Crau. Cette rivière française s'est détournée elle-même de son chemin vers la Méditerranée pour aller se jeter directement dans le Rhône.

Le nouveau lit se creuse à coté de l'ancien, de nouveaux affluents se forment, déblayent le sol autour de l'ancien lit caillouteux, dont la couche supérieure, qui a réussi à arrêter une rivière, constitue un obstacle à l'érosion. Peu à peu, la mesa émerge de la plaine environnante. La Crau est restée de niveau, mais dans l'Arizona, les mesas où vivent les Hopis, entre la San Juan et la Little Colorado, ont été formées ainsi.
lien vers les mésa de monument Valley:http://www.carnets-voyage.com/Ouest-USA_etape3_galerie_photos.htm


Monument valley:
Monument Valley est situé dans le sud de l'Utah et au nord de l'Arizona. Le site fait partie d'une réserve des indiens Navajo et du plateau du Colorado. La ville la plus proche est Goulding. Les coordonnées géographiques du site sont 36°58.57362′N 110°5.51604′W. Les Navajos nomment l'endroit Tsé Bii' Ndzisgaii, la vallée des rocs. Les couleurs vives de la roche viennent de l'oxyde de fer et de manganèse. Les buttes sont constituées de trois principales strates :

Organ Rock shale en bas,
De Chelly sandstone au milieu,
Moenkopi shale et Shinarump siltstone en haut.

0 la frontière des états de l'utah et de l'arizona ,sur près de 12000 ha,le parc de Monument valley est officiellement géré par les indiens Navajos depuis 1958.
Monument Valley est l'aboutissement de plusieurs histoires: Celle de son paysage constitué de buttes sauvages ,de plateaux (mesas)et d'énormes cheminées de grés pouvant atteindre 600 m de hauteurs,témoins des bouleversements géologiques de cette région,soumise à l'érosion depuis 70 millions d'années;celle de la conquète de l'ouest quand,à partir du 19èm siècle,Kit Carson cherche,sans succès,à en chasser les indiens navajos pour les refouler dans une reserve

Thunder mesa mining cie:
l'histoire de Monument valley c'est celle aussi de la ruée vers l'or et l'argent au cours de la seconce moitié du 19èm siècle;avec la découverte par l'indien Hoskamini de mines au pied de la Navajo mountain;la lutte qui s'ensuivit entre les indiens et 2 hommes de la troupe de Kit Carson a laissé son empreinte dans le parc puisque 2 des plus belles buttes de monument valley portent le nom de ces 2 hommes retrouvés assassinés (les mesas de Mitchell et de Wetherill).

Monument valley c'est finalement aussi l'histoire d'hollywood ,à partir des années 1940 ,et de ces grands westerns érigeant ce décor unique en symbole de toutes les violences passées,celles de la nature comme celle des hommes.

voici le lien officiel de monument valley appartenant aux Indiens Navajo:
http://www.navajonationparks.org/oldsite/monumentvalley2.htm
Autre lien sur monument Valley:
http://www.usatourist.com/francais/places/utah/monumentvalley.html

Voici un lien concernant Big thunder mountain :
http://www.thunderide.com/


Revenir en haut Aller en bas
Thierry le Disneyen

avatar

Masculin
Age : 44
Messages : 10858
Localisation : secteur Carcassonne
Inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: 20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10) Ven 6 Juil 2007 - 17:26

Encore une petite halte à Big thunder pour vous parler d'un petit animal qui gagne à être connu:
L'opossum (opossum de Virginie).



La vie de l'opossum :
L'opossum est un mammifère de l'ordre des marsupiaux et de la famille des didelphidés.
Il mesure près d' un mètre, de la tête à la queue.
Sa gestation est de 13 jours .
Il vit dans les bois de Virginie ( États-Unis ) et il se nourrit de n' importe quelle chair : Volaille, Rat, Bœuf ...
La défense de l' opossum c'est de faire le mort, il s' étend sur le côté, les yeux fermés, la langue pendante.
L' opossum femelle met au monde à peu près 18 petits.

NOM :Opossum
NOM LATIN : Didelphis virginiana
NOM ANGLAIS: Opossum
TAILLE :32 à 50 cm
POIDS :5,5 kg
MATURITÉ SEXUELLE :6 à 8 mois
NOMBRES DE PETITS :8 à 25 petits par portée

L'opossum vit généralement en Amérique du nord et en Amérique du sud . Il fait partie de la famille didelphidée et il est dans l'ordre des marsupiaux . Il fait partie de la classe des mammifères et sa longévité est de 2 ans maximum.

L'opossum est un animal qui a du poil . Aussi pour sa protection , il fait le mort très très bien et si le prédateur le mord un peu, il commence à dégager une odeur de pourriture. L'opossum est un animal familial en hiver, il hiberne comme la plupart des mammifères . Il mange en particulier des insectes et des fois , il se contente de feuilles ou de végétaux .

L'opossum est une espèce non protégé et non menacé qui a un mode de vie familial et hibernant.selon les cas on peut trouver des opossums insectivores ou herbivores.Son mode de reproduction est vivipare.
Liens pour obtenir plus de photos d'Opossum:
http://images.google.fr/images?q=opossum&hl=fr&lr=lang_fr&sa=X&oi=images&ct=title


Revenir en haut Aller en bas
Thierry le Disneyen

avatar

Masculin
Age : 44
Messages : 10858
Localisation : secteur Carcassonne
Inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: 20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10) Ven 6 Juil 2007 - 17:27

Le village indien Shoshoni:



Situé sur la droite de l'entrée de Frontierland se petit village est la réplique de celle d'un village de la tribue shoshone.

les Shoshones:
Les Shoshones sont une tribu d'Indiens d'Amérique, vivant sur le territoire des États-Unis actuels.
On les appelle aussi les Snake. Ils sont proches des Paiutes, Comanches, et des Utes. Ils occupaient une grande région du Grand Bassin et des Grandes Plaines. Ils adoptèrent rapidement le cheval avec l'arrivée des premiers colons européens, mais entrèrent en conflit avec les tribus situées plus à l'est qui étaient en contact direct avec les colons européens.

Les représentants les plus connus de ce peuple furent Sacagawea, qui servit de guide à l'expédition des explorateurs Lewis et Clark, Washakie et Pocatello, qui donna son nom à une ville de l'état d'Idaho.

On divise les Shoshone en trois aires géographiques principales (nord, ouest, est). Ils se concentraient surtout à l'est de l'Idaho, dans le Wyoming, au nord-est de l'Utah, au nord du Colorado et dans le Montana. Des conflits les ont opposé aux Blackfoots, Crows, Sioux, Cheyennes, et Arapahos. Ils durent se réfugier plus au sud et à l'ouest dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle. Le groupe de l'Idaho (les Tukuaduka), du nord-ouest de l'Utah, du Nevada et de la Californie est parfois appelé Panamint. Les groupes shoshones du nord et de l'ouest sont estimés à 4 500 personnes vers 1845.
La tribu Shoshoni est originaire de la terre de Basin. Ils se divisèrent en deux groupes majeurs, de l'ouest et du nord. La tribu de l'ouest avait très peu de contact avec le monde extérieur et les Shoshoni de l'ouest montrèrent l'importance des tribus des plaines et des plateaux.

L'éducation des enfants était particulière parce que la mère s'occupait des enfants jusqu'à ce qu'ils commencent à marcher, puis c'étaient les soeurs aînées qui prenaient la relève, la grand-mère prodiguant l'éducation. Bien plus tard, le père s' occupait l'éducation si c'était un des garçons. Si l'enfant était une fille, c'était considéré comme une bénédiction parce que les parents savaient qu'un jour elle attirerait un homme qui aiderait la famille dans sa quête de nourriture. Comme la nourriture était parfois rare, certains chamans avaient le pouvoir d'attirer les antilopes, leur seul gros gibier. Ils se servaient d'arcs et de flèches, de lances et de boucliers pour chasser. Ils essayaient aussi de chasser le bison, l'élan, le chevreuil même si c'était plus difficle. Quand ils avaient reussi a tuer un gros gibier, ils échangeaient sa fourrure contre de la nourriture, des couteaux, des fusils et des munitions. Ils fabriquaient aussi des harpons pour la pêche. En été, ils ne portaient que des caches sexe, en hiver ils s'habillaient de vêtements tressés avec des peaux de lapin. Il fallait environ 40 lapins pour faire un vêtement. Celui qui pouvait protéger son corps avec un tel vêtement était considéré comme fortuné.
Réserves:
-Wind River Reservation, 2 650 personnes dans le Wyoming.
-Fort Hall Indian Reservation
-Duck River Indian Reservation, au sud de l'Idaho et au nord du Nevada
-Ely Shoshone Indian Reservation à Ely dans le Nevada, 500 personnes
-Fallon Paiute-Shoshone, près de Fallon dans le Nevada, 991 personnes
-Goshute Indian Reservation, Nevada et Utah
-Skull Valley Indian Reservation, Utah
-Fort McDermitt Indian Reservation, Nevada et Oregon.

liens complémentaires:
La légende des Shoshones (snake):
http://www.artisanatindien.com/snake.html
gallerie d'images:
http://images.google.fr/images?hl=fr&q=shoshoni&btnG=Rechercher&lr=lang_fr&sa=N&tab=wi


Revenir en haut Aller en bas
Thierry le Disneyen

avatar

Masculin
Age : 44
Messages : 10858
Localisation : secteur Carcassonne
Inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: 20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10) Ven 6 Juil 2007 - 17:28

La Rainbow arch:


Ces grand ponts naturels se situent à proximité de lake Powel en Utah.
Arches National Park:
ce parc est connu pour sa formidable concentration d’arches rocheuses naturelles.
Quelques chiffres:
Nombre d’arches naturelles recensées : environ 2000 dont l’ouverture est égale ou supérieure à un mètre.
Superficie du parc : 310 Km²
Altitude : entre 1245 mètres et 1723 mètres
Précipitations moyennes annuelles : 250 mm (climat désertique)
Les températures sont contrastées à cause de l’altitude
Routes praticables : 34 Km
Genèse géologique:
Il y a 150 millions d’années, à l’ère Jurassique, d’épaisses couches de sables se sont déposées. Une mer recouvrait en effet l’actuel plateau du Colorado. Avec le temps, certaines se sont pétrifiées et formèrent d’épaisses couches de grès. Ces couches de grès ocres (Entrada Sandstone et Navajo Sandstone) se sont ensuite érodés par le vent, la pluie, le gel et le soleil ainsi que par les mouvements de la faille de Moab.
L’érosion continue et modifie sans cesse le paysage : en 1991, un bloc de 18 mètres sur 3 mètres s’est effondré sous la Landscape Arch.
Une arche naturelle est une formation géologique qui ressemble à un pont. Elle se forme par érosion d’une falaise due à la mer, une rivière, le vent, la pluie et le gel. Ces agents érodants creusent une faille ou un trou dans la paroi et l’élargissent jusqu’à ce qu’un morceau tombe et forme une arche.
Le développement des arches se fait en plusieurs étapes :

1- Phase de développement : Se caractérise par une relativement petite ouverture dans la « masse gréseuse ».
2- Stade maximal du développement: caractérisé par une arche de faible épaisseur.
3- Phase destructive : effondrement de la l’arche, il ne reste que la base de l’arche.
Histoire du site:
Les premières traces de présence humaine dans le parc actuel datent de la fin de la dernière glaciation, il y a plus de 10 000 ans. Les archéologues ont retrouvé des vestiges des premières tribus : flèches, outils en pierre... Les premiers indices de l'activité agricole ne datent que de 2000 ans environ avant l'ère chrétienne : maïs, haricots et des citrouilles. On peut donc supposer que la population de l'époque était sédentaire. Ils habitaient certainement dans des habitations semblables à celles des Pueblos (Mesa Verde) même s’il n’y en a pas de vestiges. En revanche, on a pu retrouver des pétroglyphes. Les Indiens Paiute les ont ensuite remplacé. Ils ont laissé des dessins sur des rochers représentant des scènes de chasse.
Les premiers Européens venus dans la région étaient des Espagnols. Denis Julien, un Américain d’origine française, laissa une inscrïption sur un rocher du parc : « Denis Julien, June 9, 1844 ». En 1855, une colonie de Mormons s’établit dans le Moab actuel. Mais ils doivent quitter les lieux à cause de l’animosité des Indiens Utes. À la fin du XIXe siècle, des éleveurs, des fermiers et des chercheurs d’or se sont définitivement installés dans la région. Vers 1898, un vétéran de la guerre civile, John Wesley Wolfe installe un ranch, dont il reste des vestiges.
Alexander Ringhoffer fit connaître la région pour la classer “parc national”. En 1929, le président Herbert Hoover signa l’acte de création d’Arches National Monument afin de préserver les formations géologiques. C’est en 1971 que le Congrès changea son statut pour en faire un parc national. Enfin pendant le mandat de Bill Clinton, il fut agrandi (1998).
Curiosités naturelles:
Delicate Arch : la plus photographiée des 2000 arches du parc. Les habitants de la région l’ont d’abord surnommée « culotte d’institutrice », puis « culotte de vieille fille » et enfin « jambière de cowboy ». Devenue le symbole de l’Utah : on la retrouve dessinée sur les plaques d’immatriculation, les timbres. Le relais de la torche olympique des jeux de 2002 est passé dessous. Son nom lui a été attribué par Frank Beckwith au cours d’une de ses expéditions en 1933-1934. Son âge est estimé à 70 000 ans et son espérance de vie serait de 10 à 15 000 ans. C’est pourquoi, dans les années 1950, l’administration du parc avait pensé la protéger de l’érosion par un revêtement transparent plastique. Mais l’idée fut vite abandonnée.
Park Avenue : A l'entrée du parc, on traverse Park Avenue et ses falaises semblables aux gratte-ciel de la célèbre avenue de New York. Une scène du film Thelma et Louise fut tournée à cet endroit.
Balanced Rock : un rocher qui tient en équilibre.
Double Arch : deux arches situées l’un à côté de l’autre
Landscape Arch : Elle se trouve à Devil's Garden (le jardin du diable), la plus grande concentration d'arches du parc. Avec ses 89 mètres de long, à 32 mètres au-dessus du sol, Landscape Arch est la plus grande arche naturelle du monde. À l'endroit le plus mince, sa largeur est de 3,35 mètres et son épaisseur de seulement 1,80 mètre.

Insolites:
La première scène du film Indiana Jones et la dernière croisade a été tourné ici.

Une scène de course dans le désert de Star Wars Episode I s'est inspirée de ce parc.


Vies végétales et animales:
Cette partie de l’Utah est un désert, ce qui n’empêche pas la vie de se développer sous des formes variées et adaptées aux contraintes naturelles.


Flore:
À la surface du désert, les lichens, algues et champignons sont nécessaire à la protection des roches contre l’érosion et à la croissance des plantes. Lorsque la pluie tombe, le désert se couvre de fleurs sauvages. Les autres formations végétales s’apparentent au bush : buissons,, cactus, yuccas s’adaptent à l’aridité et à la salinité du sol.


Faune:
La plupart des mammifères qui peuplent le parc sont nocturnes (10 espèces de chauve-souris comme la Mollossidae). Cependant quelques espèces sortent à la fin de la journée : petits reptiles (lézards, serpents), chevreuils, renards, coyote, porc-épic, puma, lièvres, écureuils … Dans le ciel, on peut observer les geais bleus et les aigles dorés (273 espèces recensées dans le parc). Le soir on peut entendre le chant de milliers de grenouilles.

Liste de quelques habitants du parc des arches :
Mammifères : Felis concolor (puma), Vulpes macrotis et Urocyon cinereoargenteus (renard), Ovis canadensis netsoni, Antilocapra americana
Oiseaux : aigles : Pandion hahaetus, Haliaeetus leucocephalus, Guiraca caerulea, Pipilo erythrophthalmus, Catherpes mexicanus, Sayornis saya, Amphispiza bilineata, Sternella neglecta, Gymnorhinus cyanocephalus, Aphelocoma coerulescens, Dendroica nigrescens).
Amphibiens : Rana pipiens, Hyla arenicolor, Ambystoma tigrinum
Reptiliens : Cnemidophorus tigri, Sceloporus magister, Uta stansburiana, Crotalus oreganus concolor, Crotalus viridis, Masticophis taeniatus, Thamnophis elegans.
[modifier]
Climat:
En été les températures dépassent les 37°C alors qu’il gèle en hiver. Les températures peuvent changer de 10°c en 24 heures. Le climat est aride : les pluies ont lieu surtout en octobre

On trouve également se type d'arches dans d'autres contrées des états unis comme le Colorado par exemple:
http://www.desertusa.com/gc/rainbow/rainbow.html
Lien photographique complémentaire :
http://www.terragalleria.com/parks/np.arches.all.html


Revenir en haut Aller en bas
 
20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 17Aller à la page : 1, 2, 3 ... 9 ... 17  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Disney Central Plaza :: Les parcs à thèmes Disney :: Imagineering-