AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Stratégie et évolution des majors hollywoodiens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
maddisney

avatar

Masculin
Messages : 794
Localisation : Loin d'ailleurs
Inscription : 01/05/2010

MessageSujet: Stratégie et évolution des majors hollywoodiens Sam 1 Sep 2012 - 6:40

Avec des éléments tels que la revente des studios Miramax et le rachat des studios Marvel par Disney, il est clair que l'on entre dans une nouvelle ère. On délaisse les films porteurs de réflexion (mais qui peuvent aussi être divertissants), au profit du divertissement pur (qui peuvent inclure une morale, mais cela reste bien léger).

Faut-il se réjouir de cette tendance ? Pour ma part, non. Idéalement, les deux tendances devraient coexister. Les scénaristes, acteurs et réalisateurs voulant traiter de sujets plus ambitieux, mais moins rémunérateurs migrent vers d'autre canaux, tels la télévision ou le cinéma indépendant.

Je viens de tomber à ce sujet sur un article intéressant relatant cette tendance sur laquelle surfe le cinéma hollywoodien en général, dont voici quelques extraits:
(article complet sur : http://www.levif.be/info/actualite/culture/quand-hollywood-s-infantilise/article-4000170186223.htm?nb-handled=true&utm_medium=Email&utm_source=Newsletter-31-08-2012&utm_campaign=Newsletter-Site-LeVif-FR-fr)

Citation :
suite de la récession, les studios ont réduit leur investissement de 20%. Résultat: la plupart des productions à petit ou moyen budget, destinées aux adultes, ont trinqué.

Citation :
A cela s'ajoute la stratégie même des studios: "Ils ont besoin de projets qui, rentables ou pas, dégagent le maximum de revenus, car ce sont ces revenus qui payent les gros salaires", explique l'économiste E. J. Epstein. Or, seules des superproductions du calibre d'Avengers, capables de se prêter à des suites et de se décliner en jouets ou en parcs d'attractions, permettent d'espérer un profit suffisant.

Citation :
Le problème, il faut bien le dire, c'est que ces films pour ados sont médiocres la plupart du temps - The Dark Knight Rises, de Christopher Nolan, est une bonne exception. Les trois volets de Transformers sont en ce sens emblématiques. Seuls comptent les effets spéciaux. Selon l'historien du cinéma Neal Gabler, la nouvelle génération de jeunes spectateurs, les "millennials", comme on les appelle, a "peu de culture cinématographique et ne considère pas le cinéma comme de l'art". Nourris aux jeux vidéo, à la BD et aux réseaux sociaux, ces adolescents ne s'intéressent aux films que s'ils correspondent à leur univers. La curiosité n'existe plus. Mais il y a un autre phénomène: beaucoup d'Américains adultes ne veulent pas grandir. "Plutôt que de passer à des spectacles de leur âge, ils continuent de s'accrocher aux plaisirs de leur enfance", explique l'ancien journaliste Marc Jampole. Résultat: eux aussi vont voir les films pour ados. L'extraordinaire engouement pour les aventures de superhéros est révélateur de cette infantilisation.
Revenir en haut Aller en bas
 
Stratégie et évolution des majors hollywoodiens
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Disney Central Plaza :: Culture Disney :: Les films Disney "live"-